TOUS AU DÉLIT TÉLÉGRAM

Cela dure plus que les roses: "Faites ce que je dis, mais surtout  pas ce que je fais".

Ce mercredi 24 août est riche d'enseignements. Une nouvelle fois c'est le canard enchaîné qui a la palme  d'or par ses révélations qui relèguent le DAILY TÉLÉGRAPH au niveau de ce qu'était le MODEM à l'informatique du temps du minitel. On en trouve encore, mais dans les musées tant il y a lurette que le principe du MOdulateur-DEModulateur ne sert plus à rien si ce n'est au recyclage des composants électroniques quand ils ne sont pas obsolètes. BAYROU à beau moduler, plus personne ne démodule en dehors de quelques membres de comité Théodule, comme les deux membres de "TARBES POUR TOUS"qui pourraient se mettre à l'heure et adopter  un message plus actuel: "TOUT POUR TARBES"... et tout ça pour rien. 

Le seul député élu sous cette étiquette était le marcheur et chanteur, infatigable béarnais, Jean LASSALLE, mais qui a compris que l'intérêt des français était plus important que de servir de faire valoir à un homme qui n'a pour programme que d'y aller pour s'opposer à Sarkozy. Le béarnais que l'on voudrait présenter comme un benêt portant béret pourrait montrer qu'il n'a pas attendu après Macron pour apprendre à marcher et pourrait bien manier aussi la baguette, en bon français qui a rencontré le peuple au lieu de le mépriser et de ne compter que sur la puissance des partis, mais dont les finances sont proportionnelles aux nombres de militants à jour de leur cotisation. 

La guerre des primaires risque fort de ne pas intéresser grand monde et ainsi on reviendra aux racines de l'élection présidentielle, où c'est le peuple qui décide sans avoir à se satisfaire d'un tri primaire qui conférerait à quelques puissants le droit de faire main basse sur un scrutin universel. Il faudrait alors avoir le courage de revenir en arrière et de faire élire le président par un conseil de sages autoproclamés SUPERS ÉLECTEURS.

Le choix du candidat serait primaire et le programme serait secondaire ? N'est ce pas vouloir prendre les canetons électeurs pour des primates ? Des pressions s'exercent sur des élus pour qu'ils n'accordent pas leur signature à des candidats. Le régime monarchique est toujours là. Il est grand temps de désobéir à des ordres venus de personnes qui n'ont aucune qualité pour en donner aux citoyens.

Papa Canard nous a donc appris que de MACRON à GUÉANT, en passant par BAYROU et bien d'autres donneurs de leçons, c'est aux autres qu'ils veulent qu'elles s'appliquent. A l'heure du tout numérique, l'application russe "télégram" est dans le collimateur de ceux qui en ont fait leur moteur de communication, dont le directeur de cabinet du " numéro treize". 

Mercredi est aussi le jour où presque par tradition, le caneton vous dévoile la une du Petit Journal, hebdomadaire départemental dont la particularité est que le lecteur est invité, plutôt qu'à le lire ... à y écrire.  D'où son slogan populaire : "le journal qui parle de vous".  

PJuneS34

Si l'on vous demande: "Vous l'avez lu ?" il ne tient qu'à vous de pouvoir répondre: "NON , mais j'y ai écrit." Vous pouvez aussi y faire publier vos annonces légales, à des conditions avantageuses et vous abonner, même si ma préférence va vers l'achat en kiosque pour des raisons évidentes d'emplois et de rencontres. Mais il est des endroits moins bien desservis où il faut pourtant que l'information parvienne. 

Vous penserez peut être que le caneton se lance dans la publicité. Soyez rassurés, d'autres savent le faire à merveille. Le caneton ne fait que de la réclame...

LPJ-Abonnement

Cette semaine , en page intérieure, il est question d'une affaire embarrassante pour Carole DELGA, élue présidente d'OCCITANIE grâce au maintien dans une triangulaire du disparu REYNIÉ et la danse des candidats prétendus verts qui entre les deux tours ne savaient plus dans quel département ils habitaient. Souhaitons que tout cela se termine par une solution d'embrassades. 

Dia per dia nous  invite à réfléchir sur un dicton de Navarre qui concerne la France entière:  

Atau que va tostemps lo monde, perdonar l'esparvèr e punir la colombe.(ataw qué ba toustém lou moundé, pérdouna l'ésparbè et punir la couloumbé)

-Ainsi va toujours le monde: pardonner à l'épervier et punir la colombe

[Selon que vous soyez puissant ou misérable ..dit-on aussi...] 

LA RÉVOLTE DES CANDIDATS QUI SERAIENT PRIVÉS DE PASSEPORT DOIT S'ORGANISER.LE BOYCOTT DES PRIMAIRES EST UN MOYEN POUR CHACUN DE PRENDRE EN MAIN LE DESTIN ET DE CHOISIR LIBREMENT NOS LENDEMAINS.

lassalle