UnePJ28072016

BIG BAN À AZEREIX,  QUI S'ÉTEND AU DÉPARTEMENT...

Il était un temps où le summum consistait à mériter d'être à la une du journal ... de claire CHAZAL. Puis vint le temps de la radicalisation. Pas la sanguinaire, qui sévit aujourd'hui, mais celle qui sous une forme particulière cherchait à formater les esprits et permettre à certains de gagner leur vie sans risquer de se fatiguer l'esprit. La difficulté principale consistait à obtenir une place dans le bon wagon.

Mais les temps ont changé et le château de carte s'effrite, lentement mais sûrement. 

Les diseurs de bonne aventure font de moins en moins recette, malgré leur volonté d'entrer en résistance pour conserver leur pitance.

Il reste certes des réserves, mais comme me disait un ami: À quoi sert d'avoir beaucoup de chevaux sous le capot quand on met un âne au volant. Heureusement la vitesse est limitée, ce qui contraste avec la connerie.

Vous êtes désormais de plus en plus nombreux à rejoindre le peloton des canetons, parti d'Ossun pour se promener en OCCITANIE et demain aller plus loin.

Vous êtes aussi  maintenant habitués à la présentation hebdomadaire de la UNE DU PETIT JOURNAL.

Celle de cette semaine signale un BIG BAN récent à AZEREIX et fait honneur à l'arrivée d'un escadron supplémentaire  dont la venue n'est pas sans lien avec l'accroissement du nombre de militaires dans la ville capitale de TARBES.

Preuve supplémentaire, puisqu'il en faut encore que l'autonomie du Canton D'OSSUN est une merveille ... d'utopie.

Ce nouveau couple n'est pas originaire du "nombril du monde", et apporte aussi un esprit d'ouverture. Il se trouvera certainement plus à l'aise au sein d'une grande agglomération que reclus derrière le mur d'un enclos.

Les pages intérieures se structurent et la vie du Département est désormais abordée par la participation même de ses habitants. La parole est désormais aux lecteurs par le biais des correspondants et des diffuseurs. Souvenir d'un temps ou un ami disparu Georges DUTHU donnait la même place aux petits qu'aux plus grands, désormais mercenaires. C'était il y a longtemps, mais l'esprit y était déjà qui laissait  place à la plume et au bec. 

Il nous regarde promu désormais au plus haut des grades, lui qui laissait la plume à tous les "SANS GRADE" Ce ne sont pas les guerriers de ses terres natales, du côté d'Esparros où avant d'opposer les fers il fallait traverser l'Ayguette dans laquelle des "visiteurs" avaient tendance à tomber... qui l'oublieront.

RADICAL

DE GAUCHE

radical

RADICAL

DE DROITE

Vie des villes et villages, organisation départementale, ouverture des colonnes à d'autres organisations syndicales que celles du "canal historique" l'angle est différent et laisse la liberté à chacun de se faire sa propre idée, de la crise du lait au prix du porc abordé par la coordination rurale, l'agriculture côtoie la culture et l'histoire avec le programme de l'ami COUDACHE toujours prompt à ses dédicaces lors de ses conférences qui ne peuvent laisser dans l'indifférence.

C'est aussi un communiqué qui nous informe de nouveaux horaires à la Préfecture. Quelques réactions déjà  laissent entendre qu'il y a loin de la coupe aux lèvres. Quand l'un cherche à comparer les horaires d'ouverture aux effectifs pour en tirer un ratio du nombre d'heures de travail de certains, un autre affirme que dans notre département, le tout numérique est surtout présent dans les écrits, mais que c'est pour accéder à ce qui se voudrait des services, est plus difficile.

"Ma ligne", c'est surtout les autobus dans certains endroits, mais pour la téléphonie l'actualité du jour démontre que l'on est parfois DRAHI par ceux qui confondent client et contribuable et serviteur et service. Riche de ses dettes accumulées l'opérateur SFR s'apprête à fermer des "boutiques"  dont les employés du jour, chômeurs de demain se diront que pour s'inscrire à pôle emploi, il est pratique ... d'avoir la ligne. 

Il faut avouer que la prétendue "concurrence" met tout en œuvre pour essayer d'en faire autant. 

Google viendra ... qui raflera la mise. Raconter le passé et préparer le futur sont des choses que l'on fait au présent.