COMME ANNONCÉ PAR LE CANeTON CE SONT LES BRITANNIQUES QUI VOTAIENT. 

52-48 . Les britanniques, sans surprise, sauf pour nos politiques et journalistes  font du jeudi 23 juin, non pas un jeudi noir mais un INDÉPENDANCE DAY.

BAYROU chez BOURDIN reprend son rôle de professeur. On semble découvrir que le traité de LISBONNE avait été rejeté par référendum, mais quand le peuple avait décidé, les dirigeants se sont ligués pour leur expliquer qu'ils s'étaient trompés. 

L'Angleterre est une île. Quelle nouveauté. Pour donner du travail au peuple et résoudre le problème de l'immigration il faut reboucher le tunnel sous la manche, mais la décision ne peut venir que de ceux qui en ont (...de la manche... bien sûr). Souvenons nous de la double prouesse qu'il représentait: Technique, mais surtout économique. L'affaire était si belle que l'appel avait  été lancé aux canetons d'y engloutir leurs économies. ( Délit d'initiés prémédité de plumage de canetons)

Ce n'est pas faute d'avoir tenté toute la journée du vote prôné la catastrophe et incité les votants à changer d'avis. Il fallait juste décoder les commentaires de quelques couillons qui veulent nous persuader que c'est nous qui le sommes. Toute la journée donc des sondages ont été diffusés en faveur du "IN". Mais pas un mot sur la réalité mesurée à la sortie des bureaux de votes où la messe était dite quand les élites, Jean Claude TRICHET en tête continuaient de prêcher dans leur désert de sable doré. De la poudre aux yeux qui ne vaut pas cher pour les travailleurs. Et voilà que l'on va nous refaire le coup du chaos et du K.O. Les anglais du pays TOY pensaient à la fois quitter leur pays mais percevoir les fruits de tous ceux qui y bossent: Un étranger dans chaque boutique, mais au demeurant forts serviables et sympathiques qui ne quitteront pas le pays puisque se sont eux qui font tourner la machine pendant que les britanniques propriétaires sont en charge du tiroir caisse.  En France aussi le commerce pourrait fonctionner, si ce n'étaient pas les clients qui dérangeaient. 

La livre va s'effondrer, les marchés aussi: occasion de faire les meilleures affaires possibles. Une fois encore c'est au son du canon qu'il faut passer à l'action et faire le dos rond à celui du clairon.

CAMERON  peut démissionner Hollande va aller voir ANGELA MERKEL pour savoir quelle décision doit prendre la France. Généralement SARKOZY lui colle aux basques, oubliant qu'il n'est plus président tout en croyant qu'il pourrait le redevenir. Lui, BALKANY et MORANO y croient fort. Ils sont déjà trois et il ne reste à convaincre que quelques dizaines de millions de canetons que le marché de l'occasion est la solution et que c'est dans les vieux pots qu'on case ses meilleurs potes.

L'argent facile tend les bras à ceux qui osent. C'est maintenant qu'il faut profiter de la chute exagérée de valeurs pour dans quelques temps prendre ses bénéfices. Que croyez vous que sont en train de faire ceux qui sont en train de crier à la catastrophe.  On prend le PARIXIT ?