Appel 18 juin

Coupe d' Europe  oblige, à raison d'un par équipe , quand deux parties se disputent, cela nécessite deux goals sur le terrain.

C'est un peu identique dans la canarderie du canton d'Ossun.

Lors du dernier Conseil municipal d' AZEREIX, le 08 juin  dernier, "un bulletin communal" était chez l'imprimeur et sa distribution n'était que question d'heures.

En effet les séances de farce tranquille s'étaient déroulées sans heurts, et tout avait été voté à l'unanimité.  Sans doute que la lettre promise le jour de la fête , fin janvier , y sera jointe.

Rarement un tel suspens n'aura été entretenu. Il est vrai que l'enjeu en vaut la chandelle puisqu'il s'agit pour notre maire président de franchir la ligne avec une équipe complète pour marquer le territoire et fixer les frontières de sa terre promise. On peut s'attendre à tout instant à entendre une volée de cloches au moins aussi intense que le jour de la Libération .

Les chants des partisans , les clameurs de la foule, dans l'hystérie générale s'élèveront du balcon de l'hôtel du village gaulois, semant la terreur dans tout le canton.

Pour les 150 ans de l' église St Blaise, voisine ossunoise, une anecdote n'avait pas échappé aux canetons: Autrefois, lorsque le nuage de grêle s'approchait d'un village, le sonneur de cloches se mettait à l'ouvrage et les sonnait dans l'espoir de détourner l'orage vers le clocher du voisinage. Naturellement, le préposé aux cloches voisines agissait de même, et la grêle tournait ainsi en rond, jusqu'à fondre (de chagrin peut-être) sans atteindre sa cible.

Mais ce temps de rivalités stériles est passé. L'alliance AZEREIX-OSSUN a été scellée au ciment à la sauce des premières départementales en tandem mixte de l'histoire, le 29 mars 2015. Échec et matte là!

Évidemment, cela crée du lien et de l'union, que l'on retrouveent lors de la prise de décisions et plus encore en matière de communication.

Si celle d'AZEREIX est imminente depuis fort longtemps, celle d'Ossun est faite par la distribution de l'épisode n° 7  depuis que le village a surgit du néant en 2014.

Les mal lisant ou mal disant avaient cru que le titre était l' OS SOURNOIS.  Il est donc normal d'apporter la preuve de l'erreur. Il s'agit bien sûr de l'OSSUNOIS . Pour le contenu  AZEREIX et OSSUN auront probablement privilégié une rédaction commune. L'UNION DE LA GAUCHE N'A RIEN PERDU DE SES FORCES PRÈS DU CAMP DE CÉSAR.  S'il se situait un peu plus dans la forêt c'est seulement parce qu'à l'époque il y avait des arrêts aux ports mais pas encore d'aéroports.

ossunois

Que voulez vous qu'un caneton ajoute à de telles élucubrations ? Suite et FAIM ?

Heureusement, le pire scénario est envisagé.C'est toujours en prévoyant le pire que le meilleur arrive. L'exemple du brûlage des végétaux , toxique dans les prés, illustre bien la situation. (Pour tout dire, les canetons s'en doutaient: La fumée du crématorium, n'est pas signe de très bonne santé, même si à ce jour, aucun consommateur n'a émis de réclamation.) 

Hors  aspect "écologie", il faut établir la balance des paiements avant décision. Si la coupe et l'évacuation des végétaux coûte plus que l'amende de 450 €, l'avantage économique est de mettre le feu. Le bilan écologique est plus difficile à établir. Souvent les déchets sont coupés, chargés et évacués pour un coût élevé et finissent dans un endroit où ils sont brûlés. Après le diesel propre l'histoire nous apprend que c'est un logiciel qui "filtre" les particules. Dans quelques années les poêles à bois seront à leur tour proscrits.

On connaît la chanson: " Une famille de misérables, n'avait rien pour se chauffer. Ils ch------ sur la table, se chauffèrent à la fumée."

Il faut quand même attendre la communication imminente du QUINZE orange et noir, couleurs pleines d'espoirs, qui défrayeront encore longtemps la chronique.

OSSUN vient d'augmenter ses impôts de 2%  et AZEREIX de 1%, à l'unanimité de 7 voix sur quinze, contre la proposition du maire et de la commission des finances qui préconisaient 2,5 à 5 % , mais 2% au minimum. C'était pourtant si peu en ces temps de prospérité. La peur était infondée de ceux qui craignaient un nouveau cru 100%.

La conclusion du bulletin d'AZEREIX sera t'elle la même que celle d'Ossun ? "Au contraire" dirait la marionnette de Didier Deschamps, " ne pas récompenser une gestion saine serait immoral." 

Il se murmure que le texte prévu serait  en  passe d'être ... revu et corrigé... malgré le "bon à tirer" donné. Il serait "au repêchage" en quelque sorte. L'essentiel étant que personne n'en sorte mouillé.

"La morale de cette histoire, hibarette, hibarette, ... La morale de cette histoire, c'est qu'les can'tons ne sont pas si cons..." Une  faute d'orthographe ne leur a pas échappé: On n'écrit pas "spoliés", mais "soupes au lait." 

ndc: surtout, ne le dites pas; que cela ne sorte pas du canton, où au moins de la région, mais  dans des rédactions parisiennes, il se murmure qu'on ne nous dirait pas tout. (mais...patou des Pyrénées ?). Vous ne pourrez pas dire encore: "on ne savait pas. Les leaders de la CCCO vous avaient prévenus (le mot n'est pas beau), mais ils n'ont pas dit leur dernier mot (les maux non plus ne sont sont pas beaux; ils sont ruraux.)

La haine transpire encore dans les écrits de personnes  qui se veulent représentantes de leur population, mais se moquent de l'État. Certes l'ancien président de la République avait ouvert la voie, changeant totalement de registre dès qu'il n'a plus été sous contrôle de Cécilia. Venue à Tarbes, pendant la campagne avec ses deux filles, elles étaient dans la salle, mais au milieu de tous les quidams.

C'est quelqu'un qui m'a dit que cette fois ci, on ne verra pas Carlita. 

Pour la grande agglo, Tarbes aussi a fait un choix sans appel: 37 pour, 5 contre et 1 nul. CAMARADES du canton: le compte est bon, mais le bilan n'est toujours pas publié. Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Patientez... 

Aujourd'hui en gaule il se passe des choses...

Pour information la  ré-ouverture de la bretelle de JUILLAN ne sera pas l'ARLÉSIENNE que certains clamaient. Emprise foncière et financements sont effectifs, n'en déplaise à ceux qui affirmaient que les promesses ne seraient jamais tenus.  L'habitude vous joue des tours, vous qui pensiez que vos magouilles, avaient une santé d'affaires ... De votre médaille nous avons vu l'avers. Une page se tourne pour dévoiler son revers.