NOUS ÉTIONS PRÉVENUS: LES PRÉFETS PASSENT, ET  LES ZÉLÉS  RESTENT...

Cette vérité n'est qu'un constat chiffré et vérifié. L'actualité de la semaine passée,  que vous pouvez vivre  dans les pages du petit journal départemental serait plus riche encore si vous vouliez en devenir un des correspondants. Les précisions vous sont données en bas de page 9, page quasiment consacrée à JUILLAN et aux messes du canton d'OSSUN (Il s'agit là de celles des offices religieux).

Pour les messes politiques et politiciennes, merci de circuler et d'aller voir ailleurs, au conseil municipal d'Azereix le 08 et à celui de la CCCO, le 9.

Mais l'actualité départementale de la semaine passée  prime sur les primes du maire président de la CCCO.

C'était d'abord  la traditionnelle cérémonie des MOF, ces Meilleurs Ouvriers de France, qui récompense chaque année notre jeunesse , qui se forme quoique l'on dise et veut travailler, même sans costard, qui viendra plus tard. Ce sont les offres d'emplois concrets qui manquent, pas les promesses, ni les placements de fils à papa. Ceux là, le costard, on le leur taille "sur mesure" quitte à prendre n'importe qu'elle mesure.

Arrêtez de compter les chômeurs, cela fait peur et la peur entraîne la violence. Publiez le nombre d'emplois  pourvus et surtout le nombre de ceux  qui seraient à  pourvoir. C'est plus parlant pour le caneton lambda  qui sait faire la différence entre le smic du travailleur  et les indemnités de fonction d'un pauvre élu qui n'a jamais franchi d'autres portes qu'administratives. La fonction crée l'organe  et sinon, on crée un organisme pour créer des fonctions financées à grand renfort de ponctions.

Daniel PUGÈS, Président de la chambre de métiers et rencontré aujourd'hui même dans un autre cadre, a pu faire le constat d'une situation difficile pour l'emploi. La manne publique n'existe pas. La relance ne peut passer que par la consommation et le pouvoir d'achat des ménages qui engendre le besoin d'équipements publics et les dépenses d'investissements. Avoir pensé le contraire et investir dans des équipements surnuméraires mais sous dimensionnés pour les grands événements, génère des frais de fonctionnement qui gonflent et gonflent aussi les canetons qui les financent par l'impôt au détriment de leur pouvoir d'achat , mais pour le plus grand bonheur des  élus zélés , mais heureux de l'être, comme l'a été Louis XVI, qui aimait la Cour, au point d'en perdre la tête. 

Pour l'instant nos élus n'en sont, pour un grand nombre qu'à se marcher sur la leur, qui résonne comme un tambour tant elle est vide de bon sens. Il ne faudra peut être pas attendre deux ans pour que cela passe... 

Comme les canetons disent: "Faut pas CHARRIER" ....Ni confondre LANNE et LUQUET.

Et c'est justement Alain CHARRIER, secrétaire général de la préfecture, et sous préfet, qui vient de partir pour l'Essonne. Qui l'eut crû ? : Tout le monde ... tant l'homme a été marqué par les crues en arrivant  chez nous avant de rejoindre l'Essonne sous les inondations. (avec sa cravate des  Simpsons, à faire pâlir M. NADAL lors de la CDCI du 26 février, qui en portait une très belle aussi.) Anne Gaëlle BAUDOUIN CLERC, préfète, lui a rendu un hommage juste , soulignant aussi son humour mordant, mais ne semblant pas en manquer non plus, en évoquant sa découverte de ...Fleury Mérogis. Il ne manquera pas d'eau , alors les canetons lui souhaitent "Bon vent" qui rime  d'ailleurs avec "revenant."

Et voici que quelques jours plus tard, à peine, c'est au tour de madame LA préfète de laisser les gondoles à  la Petite Venise, surnom de Tarbes quand la ville avait encore ses canaux et ses sangsues, et de boucler la valise via PÉRIGUEUX. Pour autant il n'y a pas de brèche dans la continuité de l' État, n'en déplaise à certain(e)s  qui sont des fonctionnaires territoriaux LOCAUX, mais n'ont pas les mêmes fonctions....Mais l'habitude joue des tours à ceux qui se prennent pour le patron  quand celui ci est en déplacement et que vient l'heure du retour. Attention: on déjà du mal à comptabiliser et  combattre des maladies liées à la sédentarité et à la surdensité, n'y ajoutons pas le syndrome de la tête qui enfle. L'ÉTAT c'est le peuple des canetons. Ils souhaitent être bien représentés et auront le dernier mot quand d'autres ne disent jamais le leur. Et le remplaçant est... une remplaçante, mais qui selon les bretons qui ont le chapeau rond, et le bonnet rouge, sera Madame LE préfet. (Tous mes papier à entête à refaire, ça va à me coûter quelques plumes...) . C'est à dégoûter les canetons du département quand ceux du canton d'Ossun ont  (presque) à l'unanimité, depuis toujours et pour l'éternité été dirigé par : "MONSIEUR LE PARFAIT." 

Pour résumer :

• Le Président de la CCCO va laisser sa place, ( et ses indemnités?)

• Madame le préfèt remplace Madame la préfète qui reste Madame la préfète dans notre république indivisible mais pourtant divisée.

• il faut trouver un DGS pour combler deux cases vides et continuer la distribution du gaz de Ville.

• Le siège de Techninip quitte Paris pour Londres

• Le siège d'Alcatel part en Finalande

• Le siège de Lafarge-Holcim part en Suisse 

• Le siège d'Alsthom part aux USA.

UN CANETON NOUS INFORME QU'HEUREUSEMENT, LE SIÈGE DEE LA C.G.T. RESTE À MONTREUIL.

RÉUNIONS DU CONSEIL MUNICIPAL D'AZEREIX le 08 ET DU CONSEIL INTERCOMMUNAUTAIRE DE LA CCCO, le 09 JUIN 2016.

Les deux ont en point commun le mensonge des comptes rendus des séances précédentes

• CONSEIL MUNICIPAL D'AZEREIX

Le seul intérêt consistait à voir comment on peut s'éterniser sur des débats inutiles, stériles et en plus mensongers.

La délibération sur la grande agglo et la proposition éventuelle d'un nom n' a provoqué que risée et silence pour un votre CONTRE, sans aucune discussion , aucun chiffre, aucun débat. La CCCO et Gespe Adour Alaric répondent au critères de la loi NOTRe  et avec le nombre de membres, il faudra deux réunions car le quorum n'est jamais atteint. 

Faut il comprendre que les deux communautés peuvent vivre en autarcie ? Alors les employeurs auront compris que les communes concernées n'attendent rien des autres. D'ailleurs, c'est bien connu, aucun des habitant ne travaille hors du canton qui au contraire crée un tiers des emplois du département, et en plus, sans une  banque sur son territoire. La CCCO avec EDF s'occupe des financements et offre même le cocktail de bienvenue. On se demande même à quel titre la CCCO n'a pas la compétence en matière d'emplois. Certains en chercheraient quand la CCCO en trouve ? S'allier avec Lourdes ? Bien sûr que ça les intéresse pour  nous déclarer la guerre  alors que la commune d'Azereix assure le chiffre d'affaire des marchands du temple en revendant les statues, offrandes des paroissiens. Bernadette n'avait pas de GPS, elle n'était pas à la grotte de Massabielle, mais  à la Piadère. La vierge était contre le chêne et le curé Peyramale était un gland. 

La séance du conseil  ne mérite que le commentaire de son caractère affligeant, empreint de jalousie pour ceux qui entreprennent, de curiosité malsaine sur les finances d'un exploitant de taxi. Laconique, lamentable, dans l'indifférence quasi générale. Le compte rendu est une exemple de notre démocratie municipale. Lors du précédent conseil, il fallait voter les taux des impôts et des indemnités. Dans son extrême générosité le maire a décidé de ne pas s'augmenter et de rester donc AU MAXIMUM AUTORISÉ pour SES indemnités.

Pour le taux des impôts il souhaitait augmenter de 2,5 à 5 %  selon la proposition de la commission des finances. Mais après discussion et appel à voter, une majorité de 8 élus n'a pas suivi et voté 1%, ce qui, compte tenu des bases communales, dont aucun n'a dit mot, est déjà important, et plus  que 16% sur les bases de Lézignan par la CCPL. mais se servir est plus important que servir et lors de la lecture du compte rendu, incroyable mais vrai le texte est ainsi rédigé: " Sur proposition de Monsieur le maire d'augmenter les impôts locaux de 1 % le conseil municipal , à l'unanimité, a voté cette proposition.."

Vous aurez le moment venu les images et le son et pourrez juger des deux réunions, comme si vous y étiez. Aucun n'a dit mot pour rectifier le mensonge. Vous entendrez les propos, vous verrez les mains levées et celles qui  sont restées baissées. Chacun sera devant ses responsabilités, individuellement. Ils étaient sept à trouver que nous devions payer davantage encore, comme le maire le souhaitait. Posez la question aux conseillers et demandez leur motivation. Nul doute que les huit qui trouvent que 1% n'était pas assez feront un don aux services fiscaux ou à la commune, en faveur des plus pauvres, pour respecter leur conviction. Merci par avance. Votre cœur vous perdra.

Tout le reste est tellement minable qu'il n'est pas utile de s'user la palme à vous détailler 2 h 30 de plans sur la comète, de commentaires sur les finances d'exploitant de taxi et autre considérations du plus grand intérêt. Lamentable suffira.

• CONSEIL COMMUNAUTAIRE DE CE 09 JUIN

Les  mêmes causes produisent les mêmes effets, sauf que le représentant de Bénac , également vainqueur des départementales, n'a pas apprécié que ces propos soient par deux fois  transformés, lui faisait dire à peu près le contraire de sa position. Il défend fermement son mode de fonctionnement , toujours le même, dans toutes les assemblées. D'accord ou pas il dit ce qu'il pense et ne veut pas voir et entendre ses propos transformées ou tout simplement "oubliées". Le président a publiquement tenus des propos inconvenants sur son remplaçant aux départementales,  faisant partie du quatuor vainqueur. Il veut que ses propos soient retranscrits. Le président tergiverse et propose une rencontre à trois. Sauf qu'il oublie qu'il ne s'agit pas d'un arrangement de famille et que les électeurs doivent être informés des agissements des élus qui se veulent exemplaires.

Et c'est vrai que si un "arrangement" était fait en sourdine, cela serait grave pour les canetons qui financent des personnes qui leur doivent des comptes, sauf à admettre des "compromissions" et des financements occultes. Silence contre monnaie sonnante ?  Même en cas d'accord il s'agit d'argent et de confiance à caractère public. La réponse doit être publique aussi. 

D'autres agissements, en d'autres lieux et autres circonstances ont été passé sous silence, avec des agissements douteux et des négligences au minimum et des collusions et complicités plus probablement.

L'omerta locale ne peut perdurer . Au delà de faits, des enjeux et des réputations sont en jeu. La presse locale sait mais ce tait. Il est plus facile de glorifier le bourreau que de s'apitoyer sur une victime que l'on dit K.O. mais sur laquelle on frappe encore puisque l'éponge n'a pas été jetée et que l'arbitre est retourné aux vestiaires.

Que nenni, joyeux fantassins, l'artillerie est sortie.  Les coordonnées de tir sont dans le microprocesseur. L'étoupille est en place.

TÉCOM OU QUOI ?

Dans le "Jargon" des affaires commerciales le TéCom désigne le Tribunal de Commerce. Le caneton vous avait raconté la passation de pouvoirs entre ancien et nouveau président, qui avait eu lieu lors de la rentrée solennelle du Tribunal de TARBES et l'intronisation de nouveaux membres. (Voir article du 29 01 : LE CANeTON (Eth Guit) AU TRIBUNAL.)  

  

Au cours du conseil communautaire de ce jeudi soir, ce sont aussi des propos graves qui ont été tenus sur des magistrats et personnels du tribunal de commerce, qui apprécieront... où pas . On saura donc si le système est "pourri."

La réunion finie, on ne sait toujours pas si le ver est dans le fruit, même si on peut avoir une idée, mais on apprendra que le président regrette , non ce qu'il a fait, mais le défaut d'unanimité. Et il sort les verres cette fois, mais pour le groupe des "unanimes", celui des "enclavés" est déjà parti, et les "pestiférés "sont de leur côté. C'est la solidarité...des amis fidèles de plus de 20 ans.


On terminera sur une anecdote plus drôle qui rappelle parfois les " absences excusées" des élus "surbookés.

Pendant mon isolement dû à la grippe aviaire, ma fermière préférée a recueilli un chat . 

Chatconcierge

Quand  je suis ressorti, il avait changé. Il courait partout, dans les escaliers, sur les toits, dans la cour, sur tous les chemins ... du soir au matin.

Le mari de la voisine, élu  de la commune fait pareil, toujours d'une maison à l'autre il n'est jamais chez lui. Toujours en rendez-vous, quasi injoignable.

La  voisine est venue demander à ma fermière pourquoi le chat courait comme cela, tout le temps et partout. Quand ma fermière lui a dit qu'elle l'avait fait  castrer , la voisine a demandé quel était le rapport ?

"Et bien, depuis, il annule tous ses rendez-vous pardi !!!" 

On comprend mieux l'intérêt du tout numérique  dès que l'on a besoin d'un papier ou formulaire. Internet permet de prendre le rendez-vous pour aller le chercher. Dis donc , s'ils mettent ça en place pour l'achat  d'un timbre on pourra écrire "La poste" sur son front. Si tu t'y prends bien: un coup pour le timbre, un pour l'enveloppe et un autre pour le faire oblitérer. Même au tarif lent ça vaut le coût.