TINTIN SUR LA LUNE, MILOU À LA SPA. PERSONNE NE LES CHERCHE, QUI EST CE QUI LES TROUVE ?

Seul un syndicaliste professionnel en serait capable sûrement. Surtout si sa "concubine" avait le même métier. Quelle ressemblance entre le patron modèle rétro de la CGT avec les jumeaux d'HERGÉ. Le même melon et une canne à la main, à un poil près. C'est plus facile d'être majoritaire quand on est deux, mais à condition d'être trois, sinon ce n'est plus de la majorité, c'est  de l'unanimité. "La moitié" s'était fait foutre à la porte, les syndicalistes CGT lui ayant préféré une modeste aide soignante pour représenter la centrale dans leur branche. En 2017, les élections syndicales se profilent et  on comprend que le patron ne soit pas disposé à voir son CDD non renouvelé. Alors le voici qui utilise à son tour SON 49.3. La France est bien terre d' égalité, à défaut de légalité. L'AUTRICHE bat la HOLLANDE: 50.3 pour le "pays des écologistes" contre 49.3 pour "les fromages qui puent."

Le point commun est la paralysie qui se profile pour deux  dirigeants atteints d' hémiplégie. Le CGTiste se frise les moustaches en priant chaque jour : " Camarades, faites que mon séjour à Paris-Valse, re-Vienne, " quitte à bloquer la France. La place de n° 1 d'un syndicat qui n'est pas élu par la majorité des électeurs ne lui enlève pas  sa légitimité, mais la limite quand même à un périmètre bien plus modeste que le camarade syndiqué ne le pense. Il ferait mieux de faire comme tout le monde et se déclarer candidat aux primaires. Il y a sa place autant que d'autres. Il pourra alors organiser la sécurité du pays avec ses camarades qui remplaceront les CRS pour l'Euro et le tour de France et partout ailleurs puisque les frappes se feront peut être en d'autres endroits. Comment ces hommes pourront ils faire tant de choses à la fois et sans la moindre "bavure" évidemment. Un peu de sérieux. Ce sont toujours les mêmes qui se mettent en grève dès que du travail arrive. Ce n'est pas cette action que le peuple demande, sinon le nombre d'adhérents exploserait. Ce que vous faites faire aux autres, pour préserver vos avantages, aggravera les dommages. Vous prenez en otage non pas la France, mais vos adhérents en profitant de leur souffrance. On ne peut en vouloir à ceux qui font des sacrifices mais vous êtes responsable en les invitant au sabotage et au sabordage. Allez dans le désert...vendre du sable. 

Mise à part la harangue, quand vous a t-on entendu expliquer ce qui dérange dans l'article 2. Qui d'ailleurs a t-on entendu le faire ? Croyez vous que le problème des français est de savoir si des "accords d'entreprises" peuvent contrarier des "accords de branche". Et si une entreprise permet un mieux être que les accords de branche, faut-il la scier , même si c'est celle qui porte votre nid ?. La France est mécontente de son choix, que vous avez encouragé. Préparez donc vos troupes à la démocratie dont la prochaine échéance approche. François HOLLANDE croit encore à sa réélection. C'est son droit. Sarkozy aussi pense pouvoir revenir. C'est son droit. Les canetons voteront: C'est leur droit.

Le 49.3 n'est pas la meilleure solution, mais elle est légale. La motion de censure permet de sanctionner son emploi. Ce n'a pas été  le cas. C'est donc l'échéance normale des élections qui reste  à l'ordre du jour, sauf surprise.  Il ne s'agit pas non plus d'un référendum dont la question serait: "VOULEZ-VOUS L'ALTERNANCE" OUI ou NON.  Un ministre de l'économie délaisse son devoir pour son ambition, et en ne jouant pas avec son camp joue contre , avec les moyens que le pouvoir lui offre, c'est à dire qu'il fait son ONE MAN SHOW aux frais des canetons et vous ne trouvez rien d'autre  à dire que, " non à l'article 2. "

Ce sont les blagues à deux balles des appelés du contingent. "Après l'ordre attendez le contrordre" ou encore  "article 1: chaque se démerde comme il peut" et "article 2: en cas de difficultés c'est l'article 1 qui s'applique."   

Votre dialogue est de  préconiser le désordre. Les canetons ne sont pas plus cons que ceux qui croient penser pour eux. Ils ont le savoir faire, vous n'avez que le savoir "dire de faire". Un peu léger comme projet. Les canetons vous le font dire.