POUR LES CANETONS, CE SERA UN 18 AOÛT À SAINT PRIVAT, OU UN 14 AVRIL À LA CCCOssun ? GRAVELOTTE

En voilà une question qu'à priori personne ne se poserait. Encore un mystère à éclaircir, une enquête à mener ?

Le 18 Août à SAINT PRIVAT il faut remonter à 1870 pour trouver trace dans l'histoire de la perte de 12 275 canetons victimes des prussiens dans une bataille qui paraissait à leur avantage mais se termina pour eux par la perte de l'équivalent des canetons aujourd'hui recensés sur le canton d'Ossun et mis à l'isolement il y a quelques jours encore. Cette guerre,  lourde de pertes également pour les allemands/prussiens  est connue sous le nom de GRAVELOTTE d'où l'expression populaire "Ça tombe comme à Gravelotte", lorsque la pluie dense est comparée à l'intensité de la mitraille de cette bataille. L'histoire est écrite dans les livres. Quelques photos, plans et tableaux témoignent de ces réalités passées.

Le 14 Avril 2016 est beaucoup plus proche et la CCCO tenait à Juillan  une de ses dernières réunions, mais l'inventaire n'est pas terminé et l'histoire véritable reste à écrire. Le compte rendu brut de décoffrage  supporte l'appellation de "désiré" puisque publié le 13  mai 2016 seulement avec un retard qui n'est pas justifié. Il était pourtant réclamé et attendu puisqu'il reste peu de jours aux conseils municipaux pour se prononcer sur l'opportunité du projet d'intercommunalité. La commune de Lanne le fera par exemple le 10 juin à 21 h.

Pourtant beaucoup de choses diffèrent entre le compte rendu écrit et la réalité des propos tenus. 

La mise en place, avant l'ouverture de séance, donne lieu à un échange rugueux entre un membre du public qui désire le respect de la loi et filmer de face la séance quand le DGS, Xavier DUMINY, veut imposer la sienne affirmant que la réunion se passe dans un espace privé du bâtiment public et veut le même au coin. Un autre caneton visiteur occupera la place. Le maire de Hibarette rajoute "son "article qui n'est pas encore publié au recueil LEBON et ignoré de DALLOZ, qui mettront à jour la jurisprudence "Caneton Gravelotte". On saura ce qui chatouille et ce qui grattouille... Le verbe est ferme et l'affirmation, quoique fausse ressemble à s'y méprendre à de la menace. Le DGS annonce qu'il va lui- même faire des photographies. Le caneton lui affirme qu'il sera "lui" dans l'illégalité. Il en faut plus pour que le paparazzi renonce et récidive pour avoir quatre angles différents. Si CLOSER s'arrache les photos, cela fera un malheur, et la gloire du photographe . Ce serait dommage d'utiliser l'argent du contribuable pour la photo d'un sac de plumes, sauf s'il est à poil. De quoi quitter la médiathèque, avec un album souvenir , offert aux frais de la princesse.

La séance ouverte, il faut commencer par approuver le compte rendu de la séance précédente du 04. Chose curieuse le compte rendu rectifié et affiché depuis plusieurs jours faisait mention d'une demande de modification qui n'était pas encore faite. Le compte rendu indique: "M. ASTUGUEVIELLE revient sur la décision de retrait des délégations de MM. LABORDE et SAYOUS et demande que la partie relatant ses dires soit retirée." 

Pourtant la preuve existe que les propos tenus n'ont justement pas cette teneur. La "tirade" est beaucoup plus longue et la demande est totalement différente.

Même si ce dernier siège à la CCCO en sa qualité de Maire de Bénac, il est difficile de ne pas imaginer que c'est le Conseiller Départemental qui est visé puisque le président a clairement affirmé que "se présenter contre lui" était de nature à subir des représailles. Il fera même un parallèle avec ceux qui l'ont fait à la mairie d'AZEREIX. (S'il a été battu aux départementales malgré ses certitudes et les soutiens qu'il daignait accorder au PRG, il a toujours été élu aux municipales dès son parachutage depuis Libaros en 1977 et toujours réélu au premier tour effectuant son septième mandat. L'inventaire de ses adversaires punis sera donc vite fait, avec un peu d'aide des archives départementales et la presse locale pour la partie non archivée, ou encore plus sûrement les Procès Verbaux préfectoraux. La presse locale avait omis de préciser qu'en 2001, quoi que seul en lice, 214 autres personnes avaient obtenus des suffrages, record non relevé,  pour se focaliser sur un fait comparable à Cauterets. Ce record est peut être un record de France par rapport aux inscrits. Le statisticien local nous informera sans doute avec le compte rendu du prochain conseil municipal, qui doit être prêt depuis la fête de Janvier.  

D'autres propos pourraient être "ajoutés" mais qui relèvent davantage de l'aspect "politicien" que de la "légalité", même s'ils pourraient clairement indiquer des partis pris plus que des prises de partie. Mais s'il s'avérait qu'il y a ou a eu des contreparties, le point de vue sera différent.

Il faut attendre la huitième page du compte rendu et le paragraphe 11, des informations et questions diverses pour avoir  cette fois la lecture d'un mail reçu par le maire de Juillan  qui enchaînera une discussion parfois dans un certains brouhaha, mais l'identité des intervenants et leurs propos retranscrits ne sont pas totalement le reflet de la réalité.

Il est désormais possible de comparer le compte rendu avec les déclarations et chacun pourra être confronté à des réalités et non à des "interprétations" Cela aura d'autres conséquences dont la fin de l'Omerta. La démonstration sera faite que ranger tout le monde dans un tiroir dont il ne sortira pas n'est plus d'actualité. Chaque jour de nouvelles révélations sortent  qui viennent changer bien des réputations. L'opération "Mani pulite" s'épargnera pas le canton, le département et la région.

Ceux qui devaient quitter la FRANCE, préfèrent finalement rendre une partie de leur vol et rester au pays des canetons fainéants et mal formés qui ne travaillent pas assez, que de s'expatrier. Il ne manque pourtant pas de pays qui auraient bien besoin de tels sauveurs. Chaque jour démontre que dans tous les trafics il y a des complices. Ce n'est pas en jetant le fruit que l'on détruira le ver qui est à l'intérieur.

Pour certains ce sera l'occasion de méditer le prochain titre que chantera peut être Johnny, "J'ai quelque chose en moi de NEYRET-SI."

La dyslexie c'est peut être aussi confondre "avoir un modèle dans la vie" et "avoir une vie modèle."