UN NOM RADICAL POUR NOTRE RÉGION: "LANGUEDOC".

En version sous titrée cela donnerait: "QUAND LA GÉNÈSE D'OCCITANIE A PRIS UN COUP DE VIEUX".

Le dernier scoop de  "MAURICE*". (*Le prénom à été changé, par référence "au poisson rouge qui dépassait les bornes des limites"), c'est Jean-Michel BAYLET qui donne son opinion, sur le nom que devrait avoir notre grande région dont le baptême approche puisqu'elle aura alors plus de 6 mois vers la mi-juin. Maurice, donc, voit les choses en grand, et comme un poisson rouge sorti de son bocal, le souffle de la vieillesse approchant, et il se tourne vers le passé. Midi-Pyrénées et Languedoc- Roussillon, étaient deux patrimoines "bons à marier". "OCCITANIE" serait trop large et "Sud-Ouest" n'est pas à vendre. Le bleu azur de la Méditerranée est moins dangereux que les vagues de l'Atlantique. Fusionner quatre noms en un seul n'est pas chose facile , surtout lorsque l'on est radicalement opposé aux acronymes. Les "républicains" veulent garder leur titre et ne se reconnaissent pas dans "DDM". Dédé aime la variété sans être hostile au "copié-collé". Maurice est pareil et Jean-Michel verrait bien les canetons sortir du confinement "Midi Pyrénées Languedoc Roussillon" (M.P.L.R) pour occuper une canarderie  plus grande que l'on baptiserait "LANGUEDOC" (L). Un caneton qui se sent pousser une aile. La vérité historique n'est jamais réductrice surtout lorsqu'il s'agit de raconter des histoires de chiens écrasés à des canetons abattus. TOULOUSE était la capitale des États du Languedoc et est la ville en meilleur état de toute l'Occitanie . SÈTE la moindre des choses que l'on puisse dire aux gascons, même les gars cons doivent savoir lire et écouter la voix de leur maître sans en écrire un Pâté. La loi du minimum s'applique à toute la région. Imaginerait on MAÏTENA  abandonner Le Grand Journal pour rejoindre Cyrille au petit, et cela sans décodeur ? Ce serait une histoire à HENRI..RE debout.

Et ce qui est vrai à la Région s'applique aussi à la Nation, de la République à la  Bastille . Peut on être plus clair ? " Si Hollande, qui doit logiquement se représenter, venait à ne pas le faire, il faudra vraisemblablement une primaire de gauche et naturellement un candidat  radical qui portera  des valeurs et un message à part, porté par un homme neuf, tandis que son temps sera passé. Et pour quelle se rassemble, la gauche devrait avoir une primaire la plus ouverte possible"

Tandis que Maurice déconne: "Dispersez vous vite, en un seul rang serré",  et rejoint son bocal d'eau propre, parfumée au cannabis, les canetons décodent: Un radical neuf et libre on  ne peut le trouver que dans son vivier du Languedoc et au plus près de l' incubateur des Hautes Pyrénées, un coin perdu de montagne que Carole DELGA n'a toujours pas trouvé. Si quelques canetons venaient à s'égarer ils seraient vite sanctionnés pour s'être écartés d'un radicalisme primaire allant d'un bout à l'autre de  "la chaîne". Ils  seront  privés de signature, par attestation notariée. Un délégué, ça ferme sa gueule et ça signe, sinon on le démissionne... Si oligarchie et népotisme ne sont plus les mamelles du Pays, s'en est foutu de la démocratie démagogique.

DE RÉMY PECH...À LA DÉPÊCHE

Rémy PECH est professeur émérite à l'Université de Toulouse et à décrypté le 15 avril les cinq noms retenus par la commission en charge de baptiser le bébé.

Les canetons, comme MAURICE, sont mis à l'isolement. On leur communiquera, en temps et en heure le nom qu'il auraient dû mettre dans l'isoloir si ils y avaient conviés.: Languedoc, Languedoc-Pyrénées, Occitanie, Occitanie-Pays catalan, et Pyrénées-Méditerranée. (Le pic du midi de Bigorre les pieds dans l'eau de SÈTE.)

La CCCO est encore le modèle tant envié, au point de vue économique et "politicien", mais aussi historique et encore plus "méthodologique". La "communication", on en parle et les référendums, un comité restreint d'érudits donne le résultat qu'il aurait donné si on l'avait fait. Le résultat est suffisamment significatif puisqu'il se trouve qu'ils sont de leur avis et que ,du coup, celui  des autres...on s'en fout.

Mais Jean-Michel, la Dépêche, il ne l'a lit pas... il ne l'écrit pas non plus. Il ne fait qu'encaisser le produit de la vente, récompense de son indépendance. Il y jette à peine son œil avertisseur et donne son avis à "12hoo pile, libre".

Alors ce n'est pas un professeur historien qui l'empêchera d'avoir la pêche. Ce dernier fait bien remarquer que sur les triez départements de la nouvelle région, cinq d'entre eux ne sont pas dans l'aire historique du LANGUEDOC. Mais il s'agit de petits départements satellites qui ne sont pas sur la bonne orbite, comme Galliléo : Les Hautes-Pyrénées, le Gers, une  grande partir du Tarn et Garonne, le Lot, l'Aveyron et le professeur ajoute que les catalans sont difficile à faire entrer dans le Languedoc quand ils sortaient déjà du moule Roussillon.

Ces canetons d'OCCITANIE auront un lot de consolation. La palme du mérite PRGiste et la satisfaction d'avoir su sacrifier leur existence pour recycler Carole et Sylvia DElGA-PINEL à la Région et invité Jean-Michel à participer à la finale parisienne de la gauche Macron.