SAMEDI 16 AVRIL 2016 CORRESPOND POUR UN MOUVEMENT QUI VAUT AUTANT  QUE L'AGITATION DE MACRON au 47 MARS. 

Le mois s'étire pour quelques "étudiants" nostalgiques le la game boy d'une enfance où l'on avait tout et tout de suite sous peine de tout casser, sans risque d'une "tape" sur la fesse. Violence caractérisée sur enfant en état de faiblesse: en résumé, une fessée.

Dans le même temps les canetons ne croient plus à grand chose et la presse bien intentionnée  et bien renseignée invente un destin nouveau pour une FRANCE en déclin. Il n'aurait pas existé, elle aurait inventé EINSTEIN. Les présidents "putatifs" de Les Républicains ont tous écrit leur livre et le chiffre des ventes déterminera les candidats  aux primates. Au train où vont les choses, on est bien parti pour un TOP 14 de 4eme série.

La gauche n'est pas mieux lotie, n'est à gauche , extrême ou pas, que par rapport à l'extrême droite. Mais il y a bien longtemps que sa seule richesse est de se nourrir sur le dos des canetons qui constatent et cancanent que s'il n'y a plus de valeurs, il y a toujours davantage de voleurs. Le seul point qui diffère est qu'ils sont en concurrence, au niveau des personnes mais à égalité au niveau des idées.

Quand soudain, venu de nulle part surgit un MACRON rose. Dix huit mois sans résultat, suffisent à faire d'un inconnu qui doit sa place à Hollande, comme ce dernier l'a rappelé, un GÉNIE, qu'on ne présente pas , tant il le fait si bien tout seul, tout en arguant agir en toute discrétion. Attendons qu'il médiatise son bilan et ses actions et les canetons jugeront. 

Pour l'heure, on sait qu'il a été nommé génie, a épousé sa professeure et passerait bien l'alliance au doigt de la France, se voyant bien "délégué des classes."

Quel point commun entre ces "jeunes". Le spectacle prime sur l'action et la réflexion. On se croirait à une élections de miss, ou de mister, et c'est un bien curieux mystère. Il s'agit maintenant, non plus d'élections, mais d' opération de séduction.

C'est le cas aussi de beaucoup de personnes qui au prétexte d' une opération "NUIT DEBOUT" sont otages de casseurs, de récupérateurs et de meneurs qui se verraient bien faire carrière dans la sidérurgie sur le modèle du sacrifié MARTIN, abandonnant sa mission de syndicaliste pour s'offrir en sacrifice à la Nation. C'est vrai que des MARTIN, il y en a des centaines sur le territoire .

Il faut bien reconnaître que ces personnes sont plus en "embuscade" attendant le moment opportun pour prendre une place confortable sans jamais être monté au front. Quel Général a commencé sa carrière dans les tranchées ? Et combien de hauts gradés figurent sur les plaques des monuments aux morts ?

Le sort de la France et des canetons est dans la lampe d'ALADIN. Il suffira de frotter un peu pour en faire sortir UN GÉNIE. C'est quand même pas compliqué de faire fortune quitte à avoir mauvais cœur.

La mode est aux start-up, souvent éphémères, mais les médias mettent en avant quelques réussites spectaculaires pour une majorité d'échecs. L'arbre cache la foret.

Bourrés de certitudes ces personnes imaginent sans doute avoir la science infuse et pouvoir diriger sans avoir la moindre expérience. Ce sont des chirurgiens qui débutent leur carrière par une opération à cœur ouvert.

Mais l'état n'a pas les moyens de 1968 pour se permettre pareille méthode.

Vaudra t-il se résoudre à une révolution sanguinaire ou trouver un moyen humain d'inventer un nouveau "vivre ensemble"... Mais il faudra ajouter un mot dans son vocabulaire que l'on peut d'ailleurs fractionner en plusieurs syllabes: PAR TA GE., mais encore fait-il avoir quelque chose à partager. Une chose sure que l'on peut partager est la volonté de le faire. 

Mais tous ceux qui espèrent un retour d'un État Providence, vont devoir  oublier cette éventualité et comprendre que pour faire du social il faut produire la richesse.

Dormir debout ne durera pas très longtemps. Par contre il est désolant de constater que tous ceux qui prétendent avoir des solutions et clament que les élus sont tous pourris ne participent pas aux réunions publiques, sont les premiers à râler sans y avoir assisté, et votent sans rien connaitre  ou restent à la maison. Avoir tout et son contraire ... est contraire à tout. 

Ce mouvement s'inscrit dans une organisation qui se revendique  justement de ne pas l'être.  Mais discuter n'est pas agir. Constater l'État lamentable de la France ne nécessite pas de la paralyser davantage encore. Les commerçants riverains commencent à souffrir durement. Encore un progrès vers plus de précarité.

Participer désormais consiste à être présent à une marche silencieuse qui finit souvent dans le brouhaha quand se n'est pas le sang. Mais tout est prévu. L'infirmerie est là pour soigner tous les "bobos."

Ces marches ont montré leurs limites: République Nation Bastille. Et la France tourne en rond. En arrivera t-on à organiser des marches à reculons, pour faire avancer les choses? On est discutera cette nuit, quand on sera débout.