DU DÉBUT À LA FIN,  NOTRE CHEMIN EST PARSEMÉ DE DÉCHETS, MAIS PAS D'INQUIÉTUDE, NOS ORDURES LES EMBALLENT.

La solution facile consiste a coiffer les Bigourdans d'un bonnet d'âne et d'en faire des cancres. L' âne n'est en effet que ce qu'il reste du c(âne)ton.  Réduire nos déchets, les élus y sont prêts nous dit-on. Cela tombe bien puisque les canetons sont prêts aussi, en commençant par la réduction des élus. À l'heure des bilans, autant de "restes à réaliser" qui permettront de mettre des élus à contribution et de laisser en déchetterie des indemnités de  supposées fonctions.

Certains sont comme les multiples emballages des produits de consommation, qui ont pour fonction principale d'être des déchets par destination. Le caddy du marché, c'est l' artichaut du caneton: T'en a plus à jeter dans le conteneur, qu'à bouffer dans le réfrigérateur. Après nous avoir enseigné les gestes qui sauvent en apprenant à manger nos restes, voici nos "érudits" qui vont (faire) rédiger une note sur papier "recyclable" par manque de papier "recyclé" pour nous faire avaler plastiques et cartons. C'est vrai que "leur plastique" ils la soignent et savent nous mettre de bons "cartons" sur les feuilles d'imposition.  Habitués sans doute à boire "à la russe", jetant par dessus l'épaule le verre vidé cul sec, ils ont même inventé le "gobelet réutilisable", sorte de verre mais que l'on lave et réutilise entre deux utilisations. Il suffisait d'y penser, pauvres gourdes que nous étions jusqu'à cette illustre invention. Le verre "pousse rapière" c'était bon pour le floc de Gascogne, mais le gobelet recyclable et autres "gadgets", c'est bon pour le "flocage", surtout quand on s'apprête à changer l'enseigne. Cela donnera beaucoup de matière première a mettre en déchetterie.

Alors, au lieu de multiplier les mentions inutiles sur les emballages, pour nous dire ensuite que les dates "limites" ne signifient rien,deux chiffres suffiraient: poids du consommable et poids  du jetable. On verrait alors si l'on paie davantage au producteur qu'à l'emballeur. Ce serait peut être plus efficace que de s'en prendre aux distributeurs et aux consommateurs.

Actuellement chaque caneton qui lit les mentions des emballages ne finira jamais ses "courses" avant la fermeture du magasin et s'il achète directement chez le producteur (circuit court) il risque de courir beaucoup entre le "bananaculteur, le paniculteur, le mieliculteur ou autre viandiculteur " En attendant la solution , n'oubliez pas de sortir la poubelle et laissez vos déchets faire leur chemin, comme le font beaucoup d'élus, avec avantage certain aux "parrainés".

1accestarbes

2accesjuillan

3pesée déchets

4quaividage

5trémies

6gardiennage

7reprise

9SMTD

10transfo