OUVERTURE DE LA QUARANTIÈME FOIRE AGRICOLE 2016

C'était fortement probable puisque la dernière était la trente neuvième... Restait à savoir qui allait participer à l'inauguration. Les canetons bien sûr et ceux des écoles, venus en nombre avec leurs accompagnateurs qui se devaient de ramener le troupeau entier.

Côté "officiels", qui ne sont jamais commis d'office, étaient annoncés ANNE-GAËLLE BAUDOUIN CLERC, Préfète ( À Paris on dirait sûrement AGBC et d'autres AGBC-BCBG ) mais chez nous c'est "NOTRe Préfète à bretelle". Il y avait aussi le maire de TARBES, Gérard TRÉMÈGE, ville d'accueil de la manifestation phare du département, le président du conseil départemental, Michel PÉLIEU, Jean-Louis CAZAUBON, représentant du monde agricole, et d'autre élus. Mais il y avait aussi un trio ARAGONAIS composé d'el senior alcalde de BARBASTRO: Antonio COSCULLUELA BERGUA, également Président du Parlement de la Province voisine D'ARAGON. Pour l'accompagner, une jeune femme née en novembre 1983 qui n'est autre que sa première adjointe, et leur assistante traductrice ( qui connaissais le Caneton Occitan).  Comme quoi une production de qualité ça s'exporte à Londres, à Rome et en Espagne  déjà... Charité bien ordonnée commence par soi même, dit-on, et pour donner le ton de la foire on commencera donc ... par nos voisins aragonais.

Pour la "petite" histoire l'occasion aurait été bonne, en ce 10 mars de fêter l'entrée d'Antonio dans sa 64ème année puisqu'il est né le 09 mars 1953. 

foire8

C'est à  Jean-Louis CAZAUBON  qu'il reviendra de lancer la manifestation. Au terme d'un long discours  sur les circuits courts , il développera la problématique des agriculteurs, éleveurs, céréaliers,  éleveurs de bovins à viande ou à lait... Du petit producteur local à la ferme des mille vaches, petit élevage par rapport aux élevages de cinq mille vaches élevées aux USA par une armée mexicaine à bas coût, il n'oubliera pas de mentionner la grippe aviaire dans son inventaire des prés verts. Reste à trouver des solutions. Demander la levée de l'embargo vers la Russie est une chose, mais vouloir exporter c'est aussi devoir importer et l'UKRAINE à elle seule pourrait être le grenier de l'Europe. Et le nerf de la guerre reste le prix et la loi des marchés est dure, plus dure que la terre.

foire0

Ce fut ensuite le tour du maire de TARBES  de s'adresser à la nombreuse assistance en présentant le stand de la ville capitale départementale dont vous ne pourrez qu'apprécier le décor. Il reste à faire, mais beaucoup à été fait et sur ce point les canetons sont d'accord pour dire que la ville est propre et a bien changé.  Mais la crise met maintenant les priorités ailleurs. Ce qui a été fait était nécessaire pour rendre la ville attrayante pour les investisseurs, et c'est une raison de plus de regrouper les avantages de la richesse de notre territoire et en finir avec un mitage qui n'identifie pas le département. "PYRÉNÉES" cela parle , mais "HAUTES PYRÉNÉES" qui sait les situer et en donner une image ?

foire3

Michel PÉLIEU enchaînera sur un ton qui se veut "volontaire". Fils d'un père "paysan" il montrera qu'il connaît bien ce monde et ses difficultés. Sans envolée lyrique, ni promesses  gratuites, il évoquera quand même un sujet qui peut fâcher. Aller à la foire agricole de Paris n'a rien d'anormal pour un président normal. Mais souligner que c'est à Paris qu'il a intronisé "CAROLE DELGA" à la confrérie du porc noir n'est pas le plus adroit qu'il soit, de la part de la Présidente de la région "Occitanie sans nom". Depuis son élection, qu'elle doit d'abord à Midi Pyrénées, et en pleine crise agricole, elle n'a toujours pas mis les pieds en Hautes- Pyrénées. Il faut souhaiter que ce n'est pas l'odeur des cochons qui l' indispose. Ce soir encore aux informations régionales, elle n'a pas eu un mot pour les Hautes Pyrénées. Peut-être pense t'elle qu'il s'agit d'une enclave béarnaise.

Serions nous victimes de notre image "parisienne": Terre perdue pour la droite qui quand elle gouverne ne fait rien, et terre acquise pour la gauche qui en tire les mêmes conclusions. 

L e peu de considération que porte Carole DELGA aux canetons des Hautes Pyrénées est d'autant plus évident que la ville de BARBASTRO est jumelée avec celle de SAINT-GAUDENS. Pour cette double faute ils se rencontreront sans doute au prochain tournoi de ROLAND GARROS, pour parler des randonnées en ski, en raquettes, dans les Pyrénées.

foire2

foire11

Autre intervention qui n'était pas vraiment indispensable, c'est celle d' un élu d'AZEREIX  qui arrosait de purin il y a quelques jours encore les magasins de grande distribution, parfumant au passage les yaourt qu'y vend son ami CAZAUBON. C'est lui aussi qui plantait une pancarte sur un tas de fumier, comme si la solution était là.  

C'est au nom des "jeunes agriculteurs" qu'il remet à la représentante de l'État un tee shirt mentionnant  "Je suis agriculteur, je meurs" (il est né en novembre 1961) et c'est vrai qu'à cet âge on peut se considérer  comme un jeune, mais de la seconde mi-temps. Il y a peut-être meilleur exemple à donner aux jeunes qui s'installent.

Souhaitons que pour la taille, il n'ait pas fait dans le XXL. Ce serait gaspiller du tissu.  

foire14

foire10

Après une bonne dégustation de produits locaux préparés et servis à la perfection, rien de mieux que de prendre l'auto pour aller voir les vaches.

" On met les ceintures de sécurité et en voiture Simone, c'est moi qui conduit, c'est toi qui klaxonne". Quelque tonneaux plus tard c'est  au stand de GROUPAMA que le simulateur  rappelle ce qui se passe dans la réalité quelquefois  avec des conséquences imprévisibles certes, mais jamais sans risque.

(Et la pastille Ségolène, elle est où ? Trois points en moins et 90 € d'amende douce)

foire9

zébulon

foire12

foire13

foire5