APRÈS LA JOURNÉE DE LA FEMME, LE JOUR DES INFÂMES

L'article du 08 03 commentait le communiqué de presse publié au nom de élus de la CCCO. Chacun est libre de ses choix , mais il faut les assumer . Quand le Caneton constatait que ce communiqué n'était pas signé et engageait pèle-mêle, tous les élus et mêmes les électeurs, il vous en donnait les noms en précisant que les 27 membres élus de la CCCO et les conseils municipaux auraient à rendre compte de leur choix lors des prochaines échéances les concernant, puisque le bon sens commande que "QUI NE DIT MOT CONSENT".

Et dès ce jour des élus communautaires de JUILLAN (qui représente autant d'habitants que les communes de la CCGAA) apportent une précision de grande importance. Fabrice SAYOUS , maire ,  Virginie LANUSSE, Sylviane HARAMBAT et Emmanuel DUBIE  éclairent le débat dans les termes qui suivent:

"Nous trouvons déplorables les propos tenus dans ce pamphlet et regrettons que les auteurs (élus ou fonctionnaire territorial) de ce recueil d’amertume et de méchanceté gratuite n’osent le signer nominativement et soient restés dans l’anonymat. En tout état de cause, les élus de la majorité municipale de Juillan du conseil communautaire de la CCCO ne cautionnent en aucune façon les propos énoncés dans ce communiqué et se désolidarisent complètement de tels agissements. Du reste, nous tenons à saluer le choix du bureau de la CC de Gespe Adour Alaric qui a refusé d’approuver ce document. Si le débat d’idées est légitime, il doit se faire dans le respect mutuel des hommes et des institutions. C’est un signe de grandeur et d’ouverture d’esprit.
Pour nous, la vraie honte, c’est celle de ramener les pouvoirs exécutifs de madame la Préfète à un simple rôle de « fonctionnaire de passage ».
Non, vraiment, la frustration n’autorise pas tous les excès et ce n’est pas en agitant le bâton de la pression fiscale (comparons ce qui est comparable), de l’hypocrisie, de la défiance ou de la division que la crédibilité des élus contestataires sera renforcée. Merci de prendre un peu de hauteur…

Et pour ne pas prêter le flanc à des interprétations partisanes, nous vous rappelons simplement la position de la commune de Juillan :

1) Par délibération du 10 novembre 2015, le conseil municipal à la majorité de ses membres(27), moins cinq abstentions a proposé un scénario plan B constitué par une nouvelle intercommunalité rassemblant les 4 EPCI suivantes : CCCO + Gespe Adour Alaric + Bigorre Adour-Echez + Grand Tarbes. La commune de Louey a également délibéré en ce sens.
Notre position, claire, n’a pas changé et ce ne sont pas les paroles d’intimidation, les attaques personnelles ou les menaces de représailles financières qui feront infléchir notre détermination.
2) Les élus de la majorité municipale de Juillan du conseil communautaire ont toujours demandé depuis le mois d’octobre 2015 à faire réaliser une étude comparative sur le plan B et le plan de madame la Préfète, en plus de l’étude CCCO-CCGAA. Est-ce la crainte des résultats qui a poussé le président de la CCCO à toujours refuser cet investissement arguant un « manque de temps » ? D’évidence, son choix était déjà fait avant toute étude…on se demande bien sur la base de quels arguments…

La passion est souvent mère de déraison mais nous en appelons à plus de sérénité à l’avenir. Il est temps d’engager un échange raisonné et rationnel entre les différentes communautés de communes ou d’agglomération afin que les craintes des uns et des autres s’éteignent au fil des travaux sur les futures compétences à prendre ou à garder dans ces nouveaux territoires. Ainsi, chacun pourra s’approprier ce schéma audacieux."

Cela a le mérite d'être clair, et met à jour les menteurs qui voulaient faire prendre aux canetons, les vessies pour des lanternes et parler de "pantalonnade" quand il s'agit pour le maire président et son porte plume stylé, photomateur amateur d'une nouvelle "déculottée". Mettez donc des bretelles pour vous préparer à vous serrer la ceinture.  

Le caneton apprend avec satisfaction que la majorité, ou la totalité des élus de la CCGAA ont refusé de s'associer  à ce communiqué vomi de menteurs réunis.

Bien entendu, les communes plus petites ont pu céder à la peur de voir la répartition du FAR leur passer sous le nez, et il faut les comprendre d'autant plus qu'ils sont totalement bénévoles. Mais soyez assurés qu'un œil bienveillant vous protégera, vous, vos retables,  votre accueil  toujours agréable. Avec TOL c'est justement des services supplémentaires dont vous pourrez bénéficier, les transports notamment et bien d'autres choses encore, mais à faire "ensemble".

S'il fallait vous rassurer encore ce sera en vous donnant quelques chiffres que l'on vous a toujours cachés. Vous n'avez pas de leçon de solidarité à recevoir. Vous pourriez en donner pour la pratiquer au quotidien.

Quand le maire président d' Azereix veut vous faire peur et  vous impressionne tant la presse PRG  en a fait le "Seigneur des hôtes de nos bois" regardez le site internet de la commune d'Azereix et celui de la CCCO. Vous comprendrez mieux qui se cache derrière.

En 2008 (le 07 mai ) paraissaient les chiffres de la dette hors taxes par habitant  des plus grandes communes du département dont celles de T.O.L 

TARBES: 1376 € /h; LOURDES: 1046€ /h; IBOS: 600 € /h; JUILLAN: 362 €/h, OSSUN: 296 € /h et AZEREIX: 800 €/ha (alors que la moyenne des communes de même taille était de 559 €)  Et depuis croyez bien que la situation n'a fait que se dégrader et le pire est au fond des tiroirs.

Regardez vos comptes administratifs et comparez vous au lieu de vous laisser juger par un bonimenteur.

Quand aurons nous les chiffres de la C.C.C.O. ?  

Quand les canetons exigeront que les comptes publics soient accessibles à tous, en toute transparence ? Que penseriez vous d'une banque qui vous empêcherait de consulter vos comptes ?. 

Le futur ex maire président de la CCCO vous répondra par des taux en oubliant de vous dire qu'un taux ne veut rien dire si l'on ne considère pas la base sur lequel on l'applique.

Préférez vous payer 50% sur 100€ ou 10 % seulement (mais sur 1 000 €). Si vous ne savez pas, demandez la réponse à Monsieur 100%. 

Maintenant c'est dans dans la sérénité que vous allez pouvoir demander à vos conseils municipaux  de voter, sans pression, sans menace, sans chantage, sans peur et sans reproches. Juste avec une vision à court et moyen terme, ce qui sera déjà beaucoup en cette période difficile où il faut s'unir pour l'avenir. NON AU SABORDAGE, et TOUS À L'ABORDAGE.