AUJOURD'HUI C' ÉTAIT  LA FÊTE À BAYLET AU PETIT JOURNAL TÉLÉVISÉ & ET C'EST AUSSI LA VEILLE  DE LA SORTIE DE  L' HEBDOMADAIRE  VERSION PAPIER DE LA VÉRITABLE INFO DES HAUTES PYRÉNÉES.

C'est pas ma faute, c'est pas ma faute à moi ... comme le chante ALIZÉE si le lendemain qui déchante suit toujours la veille.

Donc aujourd'hui, est le jour de la une de demain. Les jours s'assemblent, mais ne se ressemblent pas, alors  autant mettre à jour son Agenda  (page 16 et 17).

Ailleurs  rien de bien nouveau dans l'album photos quotidien, alors que le pain, pour certains, c'est pas tous les jours.

Cé la fote des PETIT(s) JOURNAL(s) et de la RAIE FORME DU TERRITOIRE: La loi NOTR(e) qui n'est pas digne des  VOT(r)ES.

PJ17022016

Le petit journal illustré

PJcanal+

Commençons par le petit journal télévisé de ce soir où le Président BAYLET contenait quand même dans la "petite fenêtre" Quelle surprise d'apprendre que l'on peut cumuler Présidence du PRG, Président du 4° groupe de presse régionale gavé de subventions, et Ministre PRG.

Mais au final c'est moins de titres pour le pauvre éditeur,  que le nombres de titres de journaux achetés chaque jour par les canetons de toute la région. C'est le juste prix de l'indépendance et de la liberté d'expression. Et si les canetons se dépêchent chaque matin au kiosque, c'est parce qu'il veulent bien participer mais sans forcément adhérer (au parti) Pour les idées, c'est OK, il suffit de regarder les résultats des élections. Et ça, c'est parce que les candidats le valent bien. Mais au final il est quoi au juste: de passage pour quelque mois, candidat aux  primates, pour la forme ou pour la réforme. Contre qui en somme.

En tous cas il n'y a pas cumul de mandats puisque ses "canards" c'est en espèces qu'on les paie et que la suite est affaire de virements, pas de mandats. Quelques millions seulement, parce que quand il y en a beaucoup cela devient "Big Millions" et pour les mériter il faut réussir beaucoup d'examens. Ce n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Ce qui est sûr, c'est que la justice devrait suivre une cure. Question de changer les termes. Allez expliquer aux gamins que pour " réussir sa vie", comme Bernard TAPIE, il ne faut pas perdre de vue qu'il  faut des examens. Ils préfèrent l'école BUISSONnière. Quand le médecin vous dit "vous avez la SANTÉ, ça va, mais quand c'est le juge qui vous dit: "POUR VOUS JE DEMANDE LA SANTÉ"... Tous les Thermes n'ont pas le même sens. On pourrait changer et dire "Pour vous mettre à l'épreuve, il nous faut des preuves." Et l'arrestation de RAVACHOL, c'est pas la mise sous assistance de RABAT-JOIE.

Toujours à  propos de canard "l'enchaîné" de demain nous dira peut être qui a pour voiture de fonction des Porsche Cayenne.  Tant que ce ne sont pas des députés qui seraient aussi administrateurs de mutuelles. La presse locale nous aurait informés par communiqué de nos députés  qui surveillent de près les canetons, bien séparés en deux pour éviter des contagions entre nos deux circonscriptions. La MUTUELLE À TOUT FAIRE, C'EST PAS DEMAIN LA VEILLE: Acheter des voitures haut de gamme, assurer l'entretien et sponsoriser les grands gaillards qui font la promotion du sport. Si en plus il faut participer au remboursement des frais de SANTÉ à des gens qui ne l'ont pas, ce serait quand même à la limite de l'abus de fonction.  

Vu l'avenir prévisible, nos parlementaires s'empressent de faciliter les licenciements.

Fabius opte finalement pour l'ennui du conseil constitutionnel dans des bureaux climatisés et plaque son incroyable  fiancée en plein bal:  Sa belle COP21 . C'est vrai qu'avec ce froid brutal un peu de rechauffement de la planète ferait un peu de bien. On ne rase plus gratis, tant pis pour les gentils barbus, mais on chauffe gratos. Et puis qui va garder le gosse ? 

Pour le petit journal "papier" Bernard LAPORTE  S'EMPORTE. Il n'y a qu'un patron c'est le président  ( De la FFR en matière de rugby). C'est comme à la CCCO, mais en matière de déchets.

Pour le président du département, après une excellente gestion des inondations, c'est maintenant l'éboulement qui le prend à la gorge. On range les seaux, on prend pelles et râteaux et quelques brouettes plus tard, les déblais amenés sur la bretelle de Juillan, un bon coup de balai rendra la chaussée sûre, maintenant que les bretelles sont sèches et archi-sèches. Si le coup était préparé, c'est loupé. Les deux palmes sur le frein et le caneton à évité d' être écrasé, une fois encore. Mais il faut de la persévérance dans la vie, jusqu'au bout, même si on commence à savoir comment ça commence et comment ça finit. C'est l'espoir qui fait vivre surtout si on espère ne pas manquer de vivres. 

Donc, la roulette russe au sommet et les roulottes roms dans la plaine.

Entre les deux, il y a  LOURDES qui attend le pape comme une pépite, mais ce dernier  préfère les misérables aux marchands du temple. Il préfère aussi aller au MEXIQUE combattre les marchands de cannabis que venir à Lourdes encourager les suppôts de BAYLET, qui hurle "CONS'ENSUCE" pour sa rentrée solennelle en guise de communion. En plus il défend la légalisation du cannabis le Président de nos présidents. Il n'est pas certain que se soit le meilleur argument pour attirer aux sanctuaires les canetons pèlerins. Ils sont durs à chasser puisque peu nombreux et le pape n'est pas trop promoteur du cannabis. Ben oui ma biche, le pape et la pipe ne sont pas en accord. Et la messe ne nécessite pas la présence physique du messie. On a vu des stades remplis  en absence de PLATINI.

En plus en pleine crise le pape préfère l'âme des pauvres au portefeuille des riches . Et en plus il voyage  façon "low cost" et avec la liquidation d'Air Méditerranée, on n'est pas près de voir easy jet au TLP.

La CCPL ne veut pas s'allier avec TARBES et sait bien que Touristes  ou pèlerins arriveront à PAU. La CCCO et La CCGAA se veulent autonomes et revendiquent les moyens de leur autarcie.  Ce serait une opportunité de profiter du foncier libéré par la zone aéroportuaire pour quatre " sols" , future monnaie cantonale qui sera frappée  à l'usine de MONTIGNAC. C'est la route la plus sûre du département. D'après le dernier "canetons trottoir" même les plus anciens n'ont plus souvenance du dernier accident de calèche.