APRES LE MAIRE À VIC, C'ÉTAIT  FILLON CHEZ LE MAIRE DE TARBES

Le temps était clément, mais MENET était à Vic  probablement évité par le président de l'UMP qui pour mieux préparer la succession d'un mandat qu'il ne terminera pas a décidé de gouverner seul, en n'ayant plus de vice président de "les républicains  radicaux 65".  Chantal Robin Rodrigo aurait le bon profil, mais elle serait trop prise ailleurs. Alors, manchots mis à part, les hommes de main suffisent puisque la qualité requise est d' applaudir aux réunions.

On aurait même vu des cons applaudir dès l'ordre du chauffeur (de salle) donné,  en lâchant le portable censé "immortaliser " l' événement.   Vivement qu'une start up  invente le "mobildrone" Cela sauvera peut-être aussi le pôle universitaire Tarbais que la région verrait mieux  fusionner avec celui d'ALBI. En plus, la démolition des bâtiments réduirait les frais et libérerait des terres pour l'espace rural. 

L' UMP avait un vice Président prévu par les statuts. Mais avec le changement de nom plus rien n'est pareil. Le tri sélectif a été fait  (partiellement) mais le nombre d'adhérents ne justifie pas une action participative. Les nouveaux statuts sont plus adaptés à un fonctionnement copié sur celui de la CCCO que Tarbes va rejoindre au même titre que Montignac pour enfin oxygéner  tout le département et l'Occitanie. 

Le programme de la journée était chargé, principalement axé sur le monde paysan et où les rencontrer, si ce n'est au marché de Tarbes, ville la plus rurale du département depuis que l'aéronautique est entre les mains du maire président de la CCCO. Quel dommage quand même de n'avoir pas visité cette zone que tout le monde envie.  Occasion manquée de voir le pied de Pyrénées après avoir presque atteint le sommet.  S'il avait pris rendez vous à temps il aurait même pu rencontrer les hommes  d'État  délocalisés  et partager le pot de l'amitié avec les ingénieurs d'Airbus dont les valises étaient bouclés en mars 2015. Même en train, vu leur entrain en onze mois ils doivent être arrivés.  Occasion  ratée aussi de laisser la flûte  à champagne pour déguster  les vins locaux  dans des gobelets en plastique recyclable. RestauBox sous le bras il serait reparti sur Paris avec des applications concrètes d'économies permettant d'augmenter la rémunération de ses futurs directeurs  adjoints de la secrétaire  de la GGS en charge de la sous-traitance du recrutement du chef  rattaché au service du chargé de surveillance de la climatisation du portier automatique  de l'accès à l'ambassade du tri chargé d'appeler les pompiers en cas de panne de l'horloge automatique pilotant à distance la bonne marche de la photocopieuse, puisqu'en période de restriction il n'y aura plus que deux photocopieuses par agent malgré le risque que les deux tombent en panne en même temps. Enfin il aurait compris pourquoi  il faut un nouveau remembrement sur Ossun Azereix et Ibos pour garer les avions invendus alors qu'a priori on pense se trouver sur le plus grand aéroport du monde. Certes ils ne volent pas et la télésurveillance assure la prévention. Il est pas né celui qui volera un avion sur le Tarmac Intercommunal  élargi à la région.

Visite aussi de la pépite du commerce tarbais: La Halle BRAUHAUBAN rénovée  qui a fit couler beaucoup d'encre alors qu'à l'évidence c'est  une utilité pour le centre Tarbais qui voit peu à peu le commerce  déporté en périphérie. En cela avoir sa ville dans son cœur cela commence par conserver l'âme du cœur de la ville.  Dommage qu'à trente minutes près, les hommes aient raté la rencontre avec une composante du peuple et une bagarre avec "sortie" de couteaux. Quand on dit que la politique c'est une bataille à couteaux tirés, ils auraient pu prendre une leçon et montrer aux policiers ce qu'il faut faire  en pareille circonstances.

Visite de " l'arsenal" désarmé  et des réalisations conformes aux appels d'offres ( message à GLAVANY ), mais le programme a été un peu modifié, délaissant la visite aéronautique pour privilégier la rencontre avec les  "paysans" où du moins de leurs représentants, unis pour revendiquer en privé mais invitant les adhérents à boycotter les  réunions publiques et réserver leurs forces pour vider leurs fosses et répandre le purin chez ceux qui n'y sont pour rien s'ils cherchent les meilleurs prix pour nourrir leur famille. Ils auraient pu en donner un seau pour ramener à la capitale le parfum local. En plus c'est un bon engrais pour les chrysanthèmes..

Mais, exit la CCCOGAAT de Montignac à Séron,  pour une visite des exploitations de Ginette CURBET  et celle d'Albert MENVIELLE à GARDÈRES. puis une table ronde avec les agriculteurs , Ricaud étant représenté par son bras gauche à la table du conseil Christian FOURCADE et les jeunes agriculteurs  par leur Président Andrieux. C'est dommage que la visite n'aie pas été faite dans le village d'Azereix, plus rural, plus proche et plus représentatif  de la disparité des exploitations, allant de la polyculture aux élevages de toutes espèces, poules, lapins, veaux, vaches, couvées, cochons, équidés et asins. On y plante même de la lumière et on repousse les bornes: Il paraît qu'un expérimentation est en cours de plantation de migraine pour voir s'il pousse une tête entière. Mais attention... les américains nous espionnent...Une réunion publique à huis clos pour la rencontre d'un homme avec le peuple, que demander de mieux ?

S'il y avait bien un axe à privilégier  c'était la départementale TARBES AZEREIX. Ils auraient vu, le pôle universitaire, les bâtiment de MG call, L'école Hôtelière, L' entreprise fondée par M. COLL,  décédé la veille après une vie de politique et d'entrepreneur émérite tout en restant aimable et humble envers tous.  En continuant ils auraient vu le parc à bestiaux pour les gens du voyage qui s'installent partout sauf là. Un peu plus loin ils auraient par contre pu dire un petit bonjour aux "sédentarisés" qui ont acheté des terres agricoles  pour y édifier des  constructions, des vraies, des maisons de maçons, , plus ou mois solides comme celles des trois petits cochons, mais les loups sont loin, du côté de Juillan. Les constructions étant légales et conformes aux prescriptions des bâtiments de France, les contibuables ont naturellement financé les réseaux d'eau et d'électricité.

Ensuite ils seraient passés devant le crématorium endroit de plus en plus fréquenté, puis seraient arrivés sur LE village, sans toit en tuiles, ni tôles: de l'ardoise uniquement, pas une huisserie en PVC, pas un velux, et voilà qu'ils se rendent dans les enclaves sans emprunter les chemins de randonnées qui relient Séron à Montignac.

Quel dommage d'aller dans les enclaves pour y rencontrer les agriculteurs des cantons ruraux d'Ossun et de Gespe Adour Alaric. C'est presque à laisser penser qu'ils connaissent mal le territoire qui est en plein redécoupage. 

Et personne pour évoquer le sujet  avec ceux qui par habitude de tutoyer les sommets oublient que si du haut des pyramides plus de quarante siècles nous contemplent, sans base solide c'est le sommet qui va tomber de haut.

Retour des enclaves, passage au pensionnat du REX pour changer d'habit et c'est à 19 h 15 que la réunion publique a commencé, dans la salle des fêtes de la mairie de Tarbes, presque pleine à craquer réunissant des gens de tous horizons que l'on rencontre aussi bien aux côtés de Glavany qu'à celui de Trémège et bientôt près des extrêmes pour l'honneur de la "pensée universelle".

Le public était chauffé à blanc par l'animateur de service et  les deux "Répubicains" élus dimanche dernier puis Andrée Doubrère pour la touche féminine. Le parterre aurait paru un brin "matchiste " sans elle. Elle précise que  l'aide sociale est de 75 Millions pour le département et que l'aide de l'État n'est pas suffisante même si elle souhaite que cela reste de la compétence  départementale, le côté politique primant sur les économies. C'est un peu le côté distributeur automatique gratuit des billets des autres. En voilà qu'un seul binôme tarbais est représenté. Il resterait donc un tandem UDI LR tendance PRG PS pour conquérir la ville de TARBES...  

Le hall des expositions aurait été plus adapté pour mettre en conserve tous les canetons, mais il aurait fallu affronter les bouchons et trouver des places de stationnement. Ce fut au moins l'occasion d'apprendre des points communs entre le maire de Tarbes et le Futur Président qui quittera la scène s'il ne gagnait pas les primaires. Autant venir dire "Bonjour et Au revoir".

Si Alain JUPPÉ après avoir sorti son livre en premier  prend un peu de distance et consacre du temps à préparer soigneusement un GOUVERNEMENT COMPÉTENT ET RESTREINT, il pourra tranquillement attendre et remplira facilement plusieurs des halls d'exposition.

Si j'étais caneton conseiller c'est le message que je lui adresserai. Et ce jour là on verra les mêmes têtes bien sûr mais surtout la masse des canetons . C'est ce que le Front national a compris qui se fait oublier sachant que sa composition actuelle et des idées utopiques de certains ne lui donnera pas l'occasion de gouverner. Le FN  restera le POULIDOR politique, même si le vainqueur est dopé.  

On gardera dans un coin cette remarque du soir: " LES ÉLECTEURS PRÉFÈRENT ÉCONDUIRE QUE RECONDUIRE..." Qui l'a dit ? Il fallait être là...

lui1

lui2

lui elle

lui3

Fillon

UNE RENCONTRE D'UN HOMME AVEC LE PEUPLE BIEN ORGANISÉE.

LA LONGUE AMITIÉ D'ABORD (pour le retour d'ascenseur) . Nos deux hommes sont BASQUES d'origine, mais quand le maire de Tarbes est un Pyrénéen des plaines, l'autres est un Pyénéiste qui monte... La BALAÏTOUS  à 3044 il lance l'attaque depuis LA BRÈCHE LATOUR, l'accès le plus difficile et la chute s'est produite à 2972 m. Mais cette fois c'est le sommet qu'il atteindra. S'il est allé dans les enclaves c'était pour en connaître l'existence et celle du monde rural. Il croyait sans doute que l'or noir des Hautes Pyrénées c'était la poudre blanche.  

Il faudra TROIS mois pour redresser la France grâce à la CSG. mais il faut que l'état la reverse aux départements.

Il suffira de supprimer les chômeurs, de sauver les emplois, de conserver les fonctionnaires d'aider les agriculteurs, les petits commerçants et la grande distribution, de gérer les frais de santé tout en garantissant les revenus des professions médicales...etc.

Bref de faire la même chose, que ce que Sarkozy  racontait en même temps à la télévision, sauf que le second prend le pognon des canetons par la TVA et l'autre par la CSG, mais c'est un détail et sans doute un oubli puisqu'ils garderaient les deux.

Mon grand-père regardait les matchs de rugby à la télévision mais les commentaires à la radio, pour des questions d'hommes, mais au coup de sifflet final c'était la même équipe qui perdait.

Puis ce fut l'heure du débat d'un côté et de l'autre: À La télévision, c'est SARKOZY QUI affirme être là pour dire ce qu'il ferait  et à Tarbes la première question vient d'une dame qui elle parle de ce que SARKOZY avait dit et  s'entend répondre  que ce n'est pas le but de faire des comparaisons.  Pan sur le bec. Si pour un débat les canetons ne respectent même pas les questions qu'ils doivent poser, ça va vite être le foutoir, et la journée a été longue, et il va bien falloir penser "restauration" .

Un moment j'ai eu peur d'être "confondu" quand le prétendant a dit que  la politique actuelle conduisait à des "canards dont on coupe le cou". Tant que c'est des canards et le cou seulement, les canetons ne risquent rien pour leur tête, bien au dessus de ces coups bas.  

Côté anatomie , ce n'a pas été finalement le sujet essentiel (Mais DSK n'est pas candidat). Tout juste a t'il été évoqué la "raie publique" et un voisin caneton chuchotait : " Il va s'occuper des sans dents ce Fillon et va prendre le mal à la racine. JUPPÉ va s'arracher les cheveux et les canetons vont l'avoir dans le FION, si ZITA se s'arrête pas  à la frontière comme le nuage de Tchernobyl et ne franchit pas le Rubicon comme l'avait fait ZAHIA.     

L'avis du caneton qu'il ne donne pas sauf quand le nombre de canetons est impotant à dire la même chose. La solidarité est "indivisible" comme la république. C'est une mission d'État, même si la distribution locale est plus "adaptée " à la sélection. 

Oui monsieur le Maire et Monsieur FILLON, comme beaucoup nous ne disons pas que l' ÉGALITÉ est l'ÉGALITARISME. 

Certains n'ont pour seul projet de vie que celui de vivre pour travailler et être riches à en mourir , quand d'autres n'aspirent pas à travailler plus pour gagner plus, mais simplement d'avoir plus de temps libre quitte a avoir une carte plus petite q'un dépliant. Ceux qui disent que l'égalité c'est celle des même accès pour tous à une instruction égalitaire. L'éducation, ce n'est pas la même chose. On peut être instruit et très "suffisant" quand des gens de peu de moyens ont la richesse dans le cœur. Tous les chiens ne mordent pas, tout les chats ne griffent et la plupart des "bêtes" qui sont des "animaux dotés de sensibilité" ne mangent que pour satisfaire leur faim et combien de "hordes" se partagent un même festin. Avant de demander aux autres de faire des sacrifices, vous parlez beaucoup d'apprentissage, mais commencez par le votre avant de donner des leçons sur des sujets auxquels  vous ne comprenez rien. 

Les canetons à l'abattoir quand un falcon vous amène à l'Hôpital Cochin. Le plus regrettable encore est que cela marche et vous vous soignez bien avec nos impôts et d'un point de vue "comptable" autant avoir le moins "d'anciens présidents possible" Si GISCARD, CHIRAC, et SARKOZY battent le record de Jeanne CALMENT, on ne va pas y ajouter HOLLANDE, puisqu'au final rien ne change.

Vous nous avez dit partager aussi la foi chrétienne. Bruno LE MAIRE avait dit y être allé à titre privé. Vous auriez pu le faire pour allumer un cierge en faisant la prière des primaires et acheter des photos pieuses à défaut de photo copieuse. Après une belle vie sur terre l'éternité vous sera belle, mais serez nus comme à la naissance et n'aurez pas une valise de promesses . La comptabilité sera faite, mais pas par vous.

ADISHAT...