LA NOUVELLE MODE DES ÉLUS EST DE NOUS FAIRE PART DE LEURS REGRETS... dès fois qu'une fois éjectés ... nous ne les regrettions pas...

Nos enfants vivent dans un monde dans lequel il doit leur être bien difficile de trouver des repères. Les canetons doivent s'y mélanger les palmes du niveau national au niveau local. Et ce n'est pas un mauvais rêve.

Sauf accident ou autre ...  les prochaines échéances capitales seront prises localement avec la fusion des intercommunalités. Pendant ce temps les candidats aux présidentielles seront en compétition mais il en sera passé de l'eau sous les ponts pendant ce temps là. Les médias fixent notre attention vers un futur lointain et les présidentielles dont l'issue se dessine lentement alors que cette année sera décisive pour l'avenir du département. 

Sur le plan national donc, lundi 25 sera le jour J du changement, avec le lancement fracassant du livre de SARKOZY  dont le nombre d'exemplaires réservés est déjà proche de la limite fixée pour un succès assuré. C'est donc un sujet que l'on ne peut pas , à priori, laisser de côté , même si pour ce jour de BONHEUR NATIONAL, il n'est pas encore décrété JOUR CHÔMÉ DE LIESSE, mais avec un bon 49.3 on peut toujours espérer. 

Alain JUPPÉ avait tiré le premier en sortant son ouvrage "POUR UN ÉTAT FORT". J'avais pris soin de le réserver dans un espace culturel de la périphérie tarbaise. Mais les jours sont passés et le livre n'était toujours pas en rayon alors que les commentaires allaient bon train dans d'autres départements et dans certains médias. Finalement je me suis arrêté dans l'une des rares librairies tarbaises encore en activité, GRIBOUILLE pour être précis, après un coup de téléphone. Mais une semaine était passée et un des exemplaires restant m'a été mis de côté, le temps du déplacement. À ma grande surprise j'apprends que le livre était arrivé le lendemain de l'annonce de sa sortie. Comme quoi David avait encore triomphé de Goliath. J'ai pu alors me livrer à la lecture attentionnée sans influence des médias. J'ai pu aussi adresser à l'auteur quelques demandes d'explications et approfondissements sur l'organisation de la Justice et la cohérence de son organisation territoriale avec la nouvelle carte des régions. Les avoués ayant été logiquement ramenés au statut d'avocats est-il logique de devoir changer de région pour les appels, civils ou administratifs ? Qu'en sera t' il aussi de toutes ces juridictions d'exception qui exemptent  des  lois communes ceux qui les votent ... mais pour les autres. Cela n'intéresse pas les élus puisqu'ils ne sont pas concernés ...

Pour le cas ou lundi la règle serait la même que pour JUPPÉ , je n' aurai le livre qu'après les vacances de février à condition qu'il ne soit pas en rupture de stock. Alors puisque gérer, c'est anticiper et que l'on peut acheter ou lire et imprimer en ligne a peu près tout, surtout si l'on a un compte en suisse où l'on trouve de bons couteaux alors que les laguioles chinois ont un air de Volkswagen , c'est au peuple de choisir la bonne voiture. 

On peut gagner du temps en regardant ce qui était déjà prévu, dit , écrit et fait depuis longtemps déjà. Un bon caneton est un caneton qui regarde un peu le passé et prend des notes ou garde des souvenirs. Les livres sont aussi un support de mémoire et transmissible de surcroît. 

Sark1

sark2

Sark3

Sark4

Sark5

Sark6

Sark7

Sark8

Sark9

sark10

sark11

Sarkovie

sarkolivdedic

Vous reprenez tous ces discours de fin 2005 à 2007, vous revenez 10 ans en arrière et vous aurez tout compris.

Pour clore ce débat provisoirement , vous épargner des nostalgies et vous faire faire des économies rajoutez 10 ans aux dates et relisez d'abord les onze discours  de 70 pages chacun environ et vous aurez ce que l'on nomme " un aide à la décision".

Pour terminer sur une note réaliste , faute de pouvoir garantir l'optimisme qui anime l'auteur dites vous qu'il vaut mieux PARKINSON qu' ALZHEIMER. Il vaut mieux pour les canetons mettre à la retraite un candidat qui agite en tremblant de vieilles promesses qu'élire un président qui oublie de les tenir.

Trois ans nous dit-on pour résumer en 260 pages un passé récent, c'est épuissant.  et l'épuisement. Et de moquer JUPPÉ d'avoir écrit trois livres en un an .

Le constat est là: "POUR UN ÉTAT FORT" comporte d'ailleurs 264 pages et parle de projet d'avenir et non d'un retour vers le passé.  À  l'évidence l'usure est là, celle du pouvoir sûrement, sans suspicion d'obsolescence programmée. Quel contraste avec le rythme endiablé du temps où un livre par mois sortait de discours futuristes. La plume d'Henri GUAINO ne servant que de correcteur orthographique.

Il faut ajouter la difficulté de manier le clavier AZERTY qui est encore une exception française pour une frappe qui s'avère non adaptée justement à l'écriture en français. Aussi Fleur PELLERIN vient elle de décider qu'un nouveau clavier est prévu pour tous les ordinateurs français. Heureusement que les chinois qui vont les fabriquer s'adaptent vite aux caprices des normes, sauf si elles changent pendant la livraison.

Vous commenciez à vous habituer, il va valoir changer. et apprendre à ... tourner la page. 

Revenons maintenant sur le territoire plus local .

En effet pendant que l'on nous promène à travers les régions  et vers des territoires de "migrants", c'est sans consultation des canetons  sur le sujet, que les élus décideraient et petit comité de la répartition la plus avantageuse pour eux  des impôts qui ne feront qu'augmenter si nous ne disons rien. L'abattage des canetons n'est pas un problème et les subventions viendront. 

Les élus municipaux, intercommunaux et départementaux ont été démocratiquement élus , mais pour un mandat précis et voilà qu'ils décideraient seuls de l'organisation de nos intercommunalités, sans précisions, sans communication aucune quand il s'agit d'une décision de la plus haute importance. Nous serons mis devant le fait des princes qui n'ont pour plus grande préoccupation que leurs indemnités de "fonction" qu'ils délèguent d'ailleurs, incapables qu'ils sont de les assumer.

Si l'on en croit la Presse, mais comment faire autrement, puisque nous n'avons aucune donnée vérifiable,  le maire de Tarbes nous indique que la Ville se retirera de l'intercommunalité, sans nous dire qu'elle délibération en aurait décidé et par quel moyen légal Tarbes pourrait se retirer de ses engagements.

Il est donc contre, mais quand même pour la cohérence du projet de madame la préfète, mais à condition qu'elle en change. Il faut aller de Tarbes à Lourdes, mais sans mélange du rural et de l'urbain. En prenant l'avion à Blagnac pour se poser à Pau sans doute. Et pour toute démonstration nous devrions nous contenter du dire de l'édile: Sur 70 communes  la moitié est contre. 

Les canetons qui ne sont pas plus cons que d'autres diront au contraire que sur 70 communes la moitié est pour. C'est la fameuse façon de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein.

Ce serait mission impossible que de nous dire aussi combien d'habitants sont concernés par les communes POUR et combien par les communes CONTRE, même en prenant acte que Tarbes ne sait pas quel est le nombre de ses canetons. L'erreur ne doit pas porter sur plusieurs millions, à quelques euros près.

Nous voulons le détail des délibérations : les communes pour et  les communes contre et au sein de celles ci le détail des votes : les élus qui sont pour, les élus qui sont contre. Cela est déterminant pour les élections futures ou chacun devra rendre compte et assumer sa position. La valse hésitation, le dédain des citoyens feront tomber plus d'un,  de ce qu'ils croient être leur piédestal.

Oui il est encore possible de consulter les citoyens, ce que les communes n'ont pas fait sauf celles qui ont organisé, comme Juillan une réunion publique. Il est vrai qu'elle est dirigée par des personnes qui connaissent l'entreprise et n'attendent pas après une médaille pour le courage de la mission de bien d'autres dans des administrations ou dans la fonction publique ou on n'équilibre pas le budget en maîtrisant les dépenses, en cherchant des clients et en devant assurer les salaires quand les mieux lotis n'ont qu'une règle de trois à faire et calculer combien gagner plus en levant plus d'impôts.

Et pour comble , après avoir divisé les canetons lors des élections, s'être traités de tous les noms et trouvé tous les défauts aux adversaires, c'est le coup de foudre .

Pour être vraiment rigolos il faudrait que l'union Gérard TRÉMÈGE - Chantal ROBIN RODRIGO soit célébrée par l'ami "PÉPONE" en sa qualité de Maire d' Honneur de  la capitale départementale, au stade Maurice Trélut qui  sera  pour une fois bien rempli et devant les caméras du monde entier qui  feront entrer les feux de SÉRON en série B. Qui sera l'élu(e) fruit de cette union LR-UDI-PRG aussi soudaine que surprenante pour ceux qui en parlent, en buvant le café avec les amis pour prendre des couleurs avant une dure journée de camionneur , par exemple.  

Le message a le mérite d'être clair: Le prochain (ou prochaine) maire de Tarbes devra sortir des rangs du PRG, en réparation des erreurs du passé. Ce sera au moins plus simple et plus économique. Nous l'aurions su avant ... ce serait déjà fait. Mais l'essentiel est de réparer les dégâts , même si c'est avec retard.

Comme quoi c'est bien vrai: Il ne faut pas contredire une femme. Il vaut mieux attendre qu'elle change d'avis.

C'est le Canton d' OSSUN  qui doit avoir les regrets de ne pas avoir suivi le sens du vent, quand il trouvera sur le chemin de l'indépendance un CARPIN faire son festin, mais le mariage pour tous n'interdit en rien celui de la carpe et du lapin.

Oh HA'PY  day qui se prépare.

Il faut admettre que cela sera plus simple pour les citoyens au moment des primaires, et pour les adhérents de "les républicains - modem et UDI" au moment des élections du prochain Président Départemental . 

Un duel Clément MENET contre chantal ROBIN RODRIGO, cela promet d'être chaud. L' absence à Vic en  Bigorre des élus Tarbais lors de la venue de Bruno LE MAIRE, alors que LAGONELLE était à son chevet s'explique mieux. (Excusez si je n'ai plus son prénom en tête, mais est ce important quand on est unique et que le Renom  suffit à faire une réputation).

Preuve supplémentaire qu'il faut faire la part des choses entre ce qui se trame dans les bureaux feutrés, ce que la presse raconte et ... la réalité.  

Département atypique que les Hautes Pyrénées, terre de coups bas et de coûts élevés, Ville de formation pour Corses en manque d'Omerta, terre radicale et de radicalisation, vie organisée autour du petit Tarbes qui revendique son droit à devenir enclave, ville qui se vide plus vite que des bouteilles  mais dont les bouchons ne cessent d'augmenter, ville industrielle sans usine, ville de rugby  bientôt fédéral, ville de canaux invisibles, ville du cheval et d'étalons. 

lagonelle lemaire vic