ELKRIEF ( épouse CZECKOVSKI) et DE FONTENAY SORTENT DU CHAPEAU...

...Ça commence mal . Restons sérieux.

En fait les deux ex miss, Miss gros melon et miss chapeau s'expriment sur BFMTV. L'égalité est parfaite puisque je n'aime à priori ni l'une ni l'autre et surtout l'une d'ailleurs.

La "journaleuse" libérale  et libertaire modérée qui se voyait prendre la place d'Anne Saint Clair dans le cœur  des canetons a finalement juste réussi à reprendre la sienne laissant sa neutralité  dans la marge de son parchemin. Elle a fait, comme la majorité des français, confiance à Sarkozy en 2007 et a assuré sa promotion en 2012 encore, quand canetons par répulsion de Nicolas on choisi François sans adhésion. Elle refait aujourd'hui l' éloge de la  "FRANCE POUR LA VIE " qui sortira lundi et se vendra comme des petits pains puisque tout est prévu pour qu'il en soit ainsi . Que du bon pour nous faire  croire que les prochaines élections seront une confession suivie d'une bénédiction. Plusieurs chapitres sur un passé dont nous ne souvenons que trop bien et un dernier  pour des projets-promesses qui  ne mangent pas de pain.  De quoi relancer deux carrières . Les destins sont tracés: quand certains meurent pour la France d'autres en vivent bien. 

La dame au chapeau ne voulait quant à elle jamais laisser sa place, préférant faire doublon. Mais elle comprend enfin que le présent la dépasse et dépose le chapeau. C'était sa vie, sa passion au point de croire que c'était SA possession. Elle restera quand même gravée dans l'histoire de Miss France. Dommage qu'elle n'ait pas su accepter, plus tôt, de passer le flambeau. Mais sur un autre plan, elle a montré son caractère forgé et l'a confirmé ce matin 22 janvier chez Jean-Jacques BOURDIN dont elle était l'invitée. Et la voilà  apaisée, le verbe haut et la sincérité retrouvée des mots. Je crois avoir entendu d'elle ce que le terrain dit sur chaque candidat. La revanche dont les canetons ne veulent pas optant pour le ni-ni, (Ni Hollande, ni Sarkozy). Le Maire n'est pas trop en disgrâce comme Nicolas Dupont Aignan , mais sans grande conviction pour cette fois au moins. MACRON  peut viser un horizon lointain (mais par définition, l'horizon est une ligne imaginaire qui recule au fur et à mesure que l'on croit s'en rapprocher).  VALLS parait avoir changé. ( C'est vrai aussi que bien des canetons disent  qu'il fait preuve d'un autoritarisme à la démesure des résultats, certains allant jusqu'à lui trouver des relents de franquisme). Aucun candidat ne semble vraiment à la hauteur sauf peut être JUPPÉ, mais qui n'aurait pas du envoyer son adjointe au casse pipe des régionales alors qu'elle travaille si bien dans sa ville de Bordeaux. ( Cela ne devrait pas avoir grande importance tant les élections sont différentes et les bordelais savent ce qui est fait pour eux. Elle a eu le courage de représenter sa famille et de ne pas laisser ses ami(e)s partir seul(e)s au combat. On le lui alors reproché.)

En tout cas,  Madame de FONTENAY a montré qu'elle connaît son sujet et gardé son franc parler. Ce n'était pas forcément celle que l'on attendait dans cette émission. Elle y a prouvé sa sincérité, sa liberté de pensée et sa crédibilité, alors que son obstination à continuer "miss France" tournait à la débilité. Il faut aussi savoir relativiser et elle n'a d'ailleurs rien à se faire pardonner car si elle a fait du tort ce n'est qu'à elle même et l'acharnement serait déplacé. La page est tournée.

La semaine passée c'est la participation de VALLS à l'émission de RUQUIER " On n'est pas couché" qui était contestée alors que l'émission s'est parfaitement déroulée avec Léa SALAMÉ et Yann MOIX. Le clash s'est finalement passé  entre VALLS et Jérémy FERRARI qui n'y est pas allé par quatre chemins pour dire ses quatre vérités au jeune ministre,  concernant l'exploitation malsaine des attentats et de leur commémoration, reprochant aussi la place accordé à Ali BONGO président du Gabon,  et d'autres choses encore qui ont poussé le ministre à la faute dans sa réponse qui a fait du bruit à l'étranger aussi, allant jusqu'au rappel au Gabon de son ambassadeur en France.

Dans le petit journal de ce soir on a pu entendre que notre premier ministre était auprès des dirigeants de pays étrangers,  un illustre inconnu.

Ces émissions ont le gros avantage de révéler nos "politiciens" sous leur vrai visage, hors de leur cadre feutré, des questions réponses bien préparées. Il ne savent que répondre à la voix d'un peuple qu'ils méprisent au point de vivre dans leur cercle vicieux, le moindre chéfaillon de l'administration se prenant souvent pour le nombril du monde, quand il ne sait rien de la fonction pour laquelle il est grassement payé, surveillant la pendule pour l'heure du cocktail dînatoire,  pestant contre le retard du réparateur de l'ascenseur ou de la climatisation, et  abandonnant les cerfs à l'assaut des citoyens mécontents du mépris qui est leur quotidien.

"Pourvu que ça dure..." prête-t-on à la mère de Napoléon. Mais à défaut d'Empire, comme lui, le moment approche où ils connaîtront le pire faute d'avoir su voir la réalité en face.

Hormis Jésus, personne n'a encore été en retard à l'heure de sa mort et la récompense de son court séjour sur terre sera proportionnel à son intégrité et au respect des autres et ce sera pour l'éternité. Il sera trop tard pour dire " Pourvu que ça ne dure pas."

Attisez le feu, mais quand pour l'éteindre vous implorez le ciel d'envoyer de l'eau, il pleuvra des glaives sur vos beaux museaux." 

La liste noire s'allonge de ce qui se croient sortis de la cuisse de Jupiter et vont vivre l'enfer. 

Comment ne pas compléter le tableau  de la bande de rigolos qui prennent de bonnes décisions au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. 

Peut on laisser sous silence l'amendement déposé par le député socialiste français Razzy Hammadi visant à instaurer pour tous les foyers français un impôt universel. 

C'est aussi la pensée savante de Pascal SALIN, économiste, professeur à Paris-Dauphine, signataire du livre "La Tyrannie Fiscale" qui constate que les dépenses publiques ont un coût et que chaque citoyen devrait payer une cotisation civique minimum obligatoire.

C'est bien l'avis des canetons aussi que la dépense publique a un coût et qu'il beaucoup de smicards pour payer un professeur d'université qui ne doit finalement pas servir à grand chose puisque la majorité des jeunes nous dit-on n'ont aucune formation. 

"DU HAUT DE LA PYRAMIDE QUARANTE MILLIONS DE CANETONS COUILLONS NOUS CONTEMPLONS " doivent -ils se dire dans les réunions des loges maçonniques.

Mais pourquoi alors ne décidez vous pas de fixer aussi un salaire "maximum" et des amendes qui seraient en % des revenus au lieu d'un fixe. Quand pour la même faute un travailleur au smic paie une amende de 90 € cela est-il égalitaire avec celui qui perçoit 13 000 € de salaire.

Mettez donc plus de moyens pour les petits enseignants et les bas salaires puisque les gens sortent du système sans formation. Que foutre alors d'universitaires qui n'ont pas d'élèves à la hauteur de leur formation.

Ce sont les riches qui créent des emplois. Payons bien les pauvres pour qu'il soient riches et ils embaucheront des patrons au smic,  pour ceux qui ne valent rien.

Il paraît aussi que les mémés, mêmes ripolinées ou l'Oréalisées ont la peau fripée comme des culs de poules.