LE MEILLEUR COMPTE RENDU...

C'EST FINALEMENT...DE SE RENDRE COMPTE PAR SOI MÊME...

Nous avons pu lire que le soir des élections régionales, la proclamation des résultats du canton d'OSSUN était faite au bureau centralisateur, chef lieu de Canton ( depuis une époque éloignée de l'évolution actuelle des populations). Mais la tradition a du bon pour peu que le renom ait une bonne raison.

Hélas, il semble se préciser que quelques "réactions" suffisent à ternir une bonne réputation.

Déjà lors de la centralisation des résultats des élections départementales, le peuple n'était pas invité à la proclamation des résultats au fur et à mesure de l'arrivée des messagers des communes porteurs des précieux chiffres. Nostalgie peut être du Marquisat d'OSSUN c'est en vase clos en rez  de chaussée que seuls les maires où leurs porte plis échangeaient entre eux les chiffres secrets. "Décision Préfectorale" sera l'explication. Ainsi fut il, plus futile que subtil.

Certains maires savent bien que si des personnes se déplacent jusque là, c'est pour avoir les résultats et pas pour tuer le temps. Organisés et courtois après avoir signé le procès verbal, ils ont donné les résultats à ceux qui en étaient privés. Une palme sera décernée au maire de LOUEY, Christian LABORDE qui avait même fait quelques copies gentiment offertes aux "traditionnels" intéressés, sans distinction d'âge, de sexe de couleur, ou de "vote" présumé. D'autres aussi ont parfaitement respectés les électeurs.(La note de Courtoisie pèsera lourd dans la moyenne finale).

Puis vinrent les régionales. Changement: tout se passait cette fois au premier étage. Si le public pouvait y accéder, c'est encore dans une salle à part, réservée, que les résultats étaient collectés sans communication au public présent.  L'heure vînt enfin  de la proclamation des résultats consolidés: Les dix sept communes d'une seule voix en une seule fois. 

A l'évidence  la troisième salle adjacente, emplie de monde, fut celle où des personnes du canton se retrouvent et échangent quelques mots quel que soit son bord et depuis des décennies il n'y avait pas eu de débords.

Cette fois, il n'en fut pas tout a fait pareil. Verres et bouteilles étaient destinées aux seuls "désirables sélectionnés". Quand certains s'alcoolisent dans un lieu public , un caneton est raccompagné vers la sortie après avoir vidé le verre d'eau qu'il avait osé boire. Le loup poussait vers la sortie l'agneau qui avait troublé le breuvage. Au fond du bois on entendît à cent mètres à la ronde, un gueulard de service: "Qu'est ce qu'il fout là ce grand con. Il n'avait même pas a rentrer." Le caneton écarté, le risque de contagion aurait dû être éliminé. Mais c'était trop tard. Le temps d'incubation d'un virus est tel que quand la maladie se déclare, l'épidémie s'est déjà propagé.Dans la semaine les messages de "réconfort" se succèderont. Ne t'en fais pas, nous sommes nombreux à être canetons. "une poignée de cons n'a jamais fait un CANTON"

Pour le second tour, l'organisation avait encore changé c'est à dire "évolué" bien sûr. La salle cantonale était bien délimitée, étiquette sur les portes pour ceux qui savaient lire. Cela a évité au gueulard de traduire en "braillant" la solution adoptée. On peut être sourd aux voix des électeurs et se foutre du braille des aveugles. Aux puissants l'heure du brâme.

Salle de la mairie: rez de chaussée fermé. Public à l'étage en haut des étroits escaliers pour limiter l'accès aux handicapés. Salle du fond rempli de monde mais sans doute que des "sélectionnés" puisque sur la porte mention était faite: "INTERDIT AU PUBLIC". Cette notion m'a d'ailleurs toujours un peu échappé. Comment la comprendre si on y entre à titre PRIVÉ. Et si l'étiquette avait mentionné "PRIVÉ", cela aurait été aussi compliqué puisque le lieu est PUBLIC. Et maintenant en plus il faut conjuguer tout cela à la sauce PPP; Partenariat Public Privé ou Pognon Public Privatisé.

Si en plus la Préfecture change les règles d'une élection à l'autre et maintenant, même entre les deux tours d'une même élection, voter et avoir les résultats des votes va être plus difficile que le parcours du combattant, cela va devenir un sentier de grandes randonnées. Les maires ayant téléphoné les résultats avant de les amener au chef lieu de Canton, la Préfecture et la télévision les avaient donnés avant même leur proclamation.

En plus ce n'est semble t-il pas FRANCE GALL qui les a donnés en chantant "sa déclaration". Reste que comme lu dans la Presse, la proclamation a été suivie du pot de l'amitié.

LE PEUPLE EST ABREUVÉ DE DÉMOCATIE ET TOUT FINIT BIEN...À QUI SAIT ATTENDRE.

De FRANCE GALL à l'Angleterre  un bout de manche nous sépare. Quel rapport avec Ossun et le caractère PAILLARD de quelques chansons? À priori il faudrait chercher loin mais il paraît qu'à OSSUN on l'aime bien. Qui ça ? Lilye peau de chien ? Mais non, un clébard ça n'a pas de flair. C'est KATE qu'on aime bien pour ses tenues et pour son "chien", elle qui n'était que roturière. Le 08 Janvier, jour de son anniversaire nul doute que certains auront une pensée pour elle. Quel contraste avec le cosaque démoniaque qui s'en allait un jour à saint Pétersbourg. Kate qui au printemps mettra au monde son troisième "baby prince" cherche avec William un prénom. Mais Charles veut y mettre son grain de sel et refuse Diana où Carole, prénom de sa belle mère. Et si finalement c'est un garçon qui viendrait mettre tout le monde d'accord et entrer dans la cour avec George et Charlotte. Le choix serait plus facile: Franco, Bernardo ou Sergio. C'est Charles qui regretterait d'avoir laissé sa casaque à des cosaques. Si c'est une fille, il faudra se faire une raison: "Petrouchka" peut être ?  Mais la vie est ainsi faite. Le Prince se voyait Roi et promis à une vie radieuse mais la reine mère, Brenda, le laissera à ses envies. PLATINI non plus  ne se voyait pas "footu". De sa vie radieuse...il sera radié à vie?. Si interdiction lui est faite, de toute activité liée au football, il sera sauvé et n'ira pas " au ballon". 

Et n'oubliez pas la sortie de EDF du CAC 40. Aujourd'hui la lumière sera..au bout du tunnel.

kate2504

Vous la verriez en ROUGE ?

VERMILLON?

C'est avec une certaine émotion que je rajoute  une communication d'un caneton:

"Avec quelques roses rouges qui sont entrés dans la maison  commune par une porte dérobée nous allons retrouver nos racines gasconnes et le sobriquet qui nous distinguait:

"BURRAYÈS D' AÜSSU, GRANO CULOTO ET PETIT CU"

"Beurriers d'Ossun, grande culotte et petit cul"

La devise remonterait à Henri IV. Déjà  les gascons du cru se distinguaient par leur tenue pourpoint bleu et large culotte, style bouffons. Du commerce de lait ils firent leur métier et c'est peut être là que la liaison entre les élus radicaux gauchos et leur attachement à l'assiette au beurre trouve sa signification.  Chassez le naturel du cheval blanc d'Henri IV, il revient au galop.