PEUT-ON FUSIONNER SANS ÊTRE SIPHONNÉS ? ARTICLE À NE PAS FAIRE CIRCULER.  

C'est la question que tout caneton quittant son pré vert pour aller voter pourra se poser.

En effet, les listes officielles confirment d'étranges pratiques au pays des roses à la tige verte. C'est le vertige à l'analyse.

Comme suspecté hier, la liste fusionnée  DELGA-ONESTA laissait à penser soit à des erreurs de transcription, soit à de plus subtiles manipulations. Analysons la situation chez les gentils qui devront faire front face aux méchants. Prendre position semble pour certains demander à d'autres de se mettre à genoux et de leur donner le Bon Dieu sans confession. CROIX du SUD en guise de distinction.

La fusion de deux régions n'est rien pour des gens dignes de leurs ambitions et fort de leur expérience par procuration. Mais, n'est pas Martin MALVY qui veut.

ARIÉGEOIS, CŒURS FIDÈLES ?

6  et  6 : L'équité impose dans un département qui ne respecte pas trop l'environnement qu'on ne conserve qu'un vert pour cinq rose et éviter les cirrhoses. Un agriculteur bio en tête de liste , élu régional, n'apporte pas grand chose. WERSINGER Katky, retraitée de l'enseignement prendra la place de Dominique SUBRA, chargée de culture, adjointe au maire de Foix. C'est à prendre ou à laisser sinon Henri IV revient au château. C'EST UNE FAÇON DE COMPRENDRE LA FUSION DES LISTES. 

AUDE ET LE CARNAVAL DE LIMOUX.

12 et 12:  Gérard BARTHEZ est renvoyé dans son en but accompagné de Nathalie GRANDJEAN et Thierry MASCARAQUE, maire de Rouffiac. Comme promis, les "petits" élus seront "évités" à participer. Mylène VESENTINI et Patric ROUX seront les verts retenus. Fini la mascarade. Si certains ont des difficultés à comprendre le troisième viendra d'un terrain neutre Franck MEDINA, orthophoniste sera le troisième mais ne sera pris sur la liste des verts. Il débute par admission directe sans être passé par le premier tour?

BIEN ÉVIDEMMENT CE N'EST PAS LE CAS. Franck MEDINA ÉTAIT N° 5 SUR LA LISTE DU GARD. ÉLECTEURS , CANDIDATS ET MILITANTS DE L'AUDE APPRÉCIERONT.

L' AVEYRON et LES RAMEURS.  

10 et 10 donc on vire les trois derniers, inéligibles, de toute façon et cumulards en plus: Christine VERNEREY conseillère municipale d'Espalion, Jean-Louis DENOIT maire de Viviez et Chloé COUFFIN adjointe au maire de Saint-Affrique, professeure de classe occitane apprendra le catalan. Les trois vert-nis sont Guilhem SERIEYS, conseiller régional sortant, Sylvie FOULQUIER-KABITI et Solveig LETORT fermera le peloton. 7 et 3 font 10, c'est bon. 

GARD À VOUS:

22 et 22 . Là c'est dur, avec Jean-Luc GIBELIN et Aurélie GENOLHIER  qui veulent être éligibles, il faut négocier dur. O.K. mais on n'en prend que trois autres, vers la fin de liste. Si le Président sortant du conseil régional Languedoc-Roussillon doit fusionner sa région, perdre sa présidence et risquer jusqu'à sa place, pas question. Donc on absorbe Geneviève SABATHÉ, Michel SALA, militant contre la pollution minière quand les conducteurs de trains ont du mal à conserver leur prime de charbon, et Vincent BOUGET, parce que.. c'est comme ça. Pour les virés on les choisit en fin de liste de préférence. Sur 22, ils en veulent cinq, donc Chrystelle JIMENEZ, Mathieu LEMAL, Félix MEYSEN, Anthony ALARCON et Karine MONTENEZ iront sur le pont.

HAUTE-GARONNE:

Là on ne rigole pas. C'est le capital qui est en jeu. L'herbe est rare et il faut faire du blé ONESTA bien sûr veut la deuxième position en contrepartie des voix apportées grâce à son large râteau. Jean-Christophe SELLIN y sera aussi. Ensuite c'est plus compliqué. En Tarn et Garonne Serge RECOURD veut une place mais il n'y en a que huit et PINEL et BAYLET ne veulent rien céder. On le changera de liste et de département. Il sera N° 10 sur la liste de la Haute Garonne, les électeurs verts n'y verront que du bleu. Et c'est le numéro fétiche de Platini. Avec le TFC qui tourne comme un avion il présentera bien sur son 31. DELGADO aussi avait dû faire de lourds sacrifices pour l'emporter. Il faut parfois sacrifier des équipiers pour gagner. Mais que c'est enrichissant de remporter le tour. Dominique SATGÉ et Véronique Vinet  seront chargées de la parité. Marie France BARTHET, par affinité, Françoise DEDIEU-CASTIES, par obligation en vertu de sa qualité provisoire de vice présidente de région et Guilhem LATRUBESSE qui voudrait garder une place de conseiller régional, pas tellement par conviction mais par attachement à sa dure fonction, seront les trois derniers absorbés . Neuf sur 38 c'est déjà beaucoup. D'autant plus que deux nouveaux sont eux aussi dispensés de premier tour ? Zina BOURGUET ( EN RÉALITÉ ELLE ÉTAIT n°3  SUR LA LISTE DE L'HÉRAULT) et Geneviève LASFARGUES (EN FAIT ELLE VIENT DE LA LISTE DELGA DU LOT n°2) 

Maintenant ce n'est plus neuf mais onze qui doivent être virés. Mireille MURAWSKI pour la coopération, et le reste dans le groupe étau qui dès le départ était hors délais. Prime aux sortis pour: Patrick PRODHON, Sophie ADROIT, pas assez gauche, Pierre Nicolas BAPT, Faustine RIVOAL, Yannick HONORAT, Lola MIREBEAU, Hervé HIRIGOYEN, Saliha MIMAR, Daniel RÉGIS, Martine COURDON DEQUIDT sera la onzième.

LÀ ENCORE ÉLECTEURS, CANDIDATS ET MILITANTS APPRÉCIERONT.

GERS GRIPPÉ:

Deux volatiles sont mis en quarantaine,. Les deux derniers de la classe: Caroline ACHÉ et David TAUPIAC sont remplacés. Fatma ADDA., Conseillère Régionale sortante partira en deuxième position et Bruno GABRIEL bouclera la liste. 5 à 2, score à la mi-temps.

Liem HOANG NGOC quitte le GERS pour se retrouver sur la liste de l'HÉRAULT.

Et 1 et 2 et 3 HÉRAULT:

Que penserait  BRASSENS de l'avenir de sa terre natale ?  De ce dur métier de politi-chiens qui ne peuvent sortir que sous protection de puissants gorilles. Y verrait-il une contre façon ? Sur 32 héros seuls sept fatigués sont éconduits: René MORENO (mais transféré en LOZÈRE), Laurent PRADEILLE, Zolika BRAFMAN, Philippe SALASC, Maryse FAYE, Pénélope GUILBAUD-GREFFIÉ et Jean ARCAS, maire d' Olargues, petite communauté. Reste à choisir sept pères NOËL VERTS. Ils sont bien 32 sur la liste du premier tour mais des ambitions sont fortes dans d'autres départements. Là encore on n'en prendra que cinq de l'équipe unie du premier tour: Muriel RESSIGUIER, Christian DUPRAZ, David HERMET, Annie CABURET, Nicolas COSSANGE. 

Myriam MARTIN n° 2 sur la liste ONESTA en HAUTE-GARONNE sera désormais éligible sur la liste de l'HÉRAULT. Idem pour Liem HOANG NGOC, qui abandonne ses racines principales profondément gersoises pour suivre ses adventives languedociennes. Aucune mauvaise herbe n'aurait la tige dans le Gers, climat océanique, et ses racines dans l'Hérault méditerranéen. Astérix le Gaulois n'aurait pas eu l'idée fixe de séparer bassin Aquitain et bassin Méditerranéen par l'obélisque du col de NAUROUZE entre Villefranche de Lauraguais et Castelnaudary .

Un coup verts un coup roses, un coup gersois, un coup toulousain, un autre languedocien. L'union sacrée des gascons et des catalans en occitanie.

Grace à la mémoire numérique, récupérable, même effacée, ces noms entreront dans la postérité à l'occasion de cette élection qui portera sur les fonds baptismaux notre future grande région. Gagnants et perdants, il n'y aura pas d'oubliés. 

LE LOT, C'EST FACILE, MAIS PEUCHÈRE, ÇA PEUT RAPPORTER GROS. 

Sur sept, on en sort UNE: Geneviève LASFARGUES, conseillère municipale Cadurcienne et sortante régionale, mais comme on la recase en HAUTE-GARONNE on peut intégrer Marie PIQUÉ, 1° tour  tête de liste des verts et second tour en rose  en position 2 : Gérante d'un restaurant SNCF, tout est possible avec l'entrain. Partir à 14 pour arriver à 8 pour 7 places: Ce serait le gros Lot. Même les 100% des perdants auront tenté leur chance.

ON ATTEINT ICI DES SOMMETS.

LOZÈRE, QUATRE COMME LES TROIS MOUSQUETAIRES ET ZÉRO POINTÉ  DES VERTS.

Trois rescapés du premier tour et un rejet: Jean-Pierre BARRERE. Des quatre verts aucun n'est retenu pour le second tour.  Si ceux qui ont voté pour eux  le savent, ils doivent être fiers de la reconnaissance qui leur est rendue.

Le nouveau promu est: René MORENO (A.O.I. Appellation d'Origine Incontrôlée ?) Mais non, un caneton averti l'a retrouvé sur la liste du premier tour, président de coopérative, cuvée n° 18 dans le département de l'HÉRAULT, mais sur la liste DELGA. La balance commerciale impose des importations quand on manque de produits locaux.). D'ARTAGNAN était bien Charles de Batz, Comte gascon, un brin pro-européen peut-être , puisque mort en 1673 à Maastrich)

Bilan Le nouveau monde en commun  qui rassemblait du front de gauche aux citoyens écologistes  et solidaires, en passant par le Partit Occitan, n'a aucun représentant sur le département.

Les canetons de LOZÈRE ont les plumes roses.

HAUTES-PYRÉNÉES: LA SOLUTION RADICALE

C'est le premier janvier 2016 que l'on y fêtera l'an 9, comme le nombre de ses candidats à ces élections. Vu de MONTPELLIER et parfois même de Toulouse c'est un département lointain, peuplé de paysans  et d'ours slovènes. Depuis les bureaux climatisés des directions centralisées CAUTERETS et SAINT LARY sont presque à côté. Mais c'est mal connaître son relief et sa diversité. Mis en valeur et pour ceux qui le connaissent c'est un des plus beaux départements qui soit pour son naturel. Eternel oublié des dirigeants lointains, ayant toujours voté du même côté il n'a pas récolté tout ce qu'il a donné. On nous dit sans cesse: demain ça va changer, mais hélas peu à peu sa jeunesse doit aller ailleurs chercher pitance, y perdant sans doute une qualité de vie qui vaut sans doute plus qu'une poignée d'euros.

Pour ces régionales on nous dit encore que rien ne va changer. On va donc continuer à faire notre trou, comme celui de la...sécurité sociale ?

Des paysans nous en avons. Ce sont les jardiniers de nos belles vallées, mais seuls les gros exploitants sont représentés et se présentent ... à tout bout de champ.

De la liste PRG les sept premiers sont conservés. Les deux écartés de l'union sacrée sont les deux derniers Rémi MANAUT et Sylvie MATHELIN. Les deux verts "sélectionnés" sont Yolande GUINLE et Robert TAMBURELLO.

Mais Romain PAGNOUX était n°2 au premier tour et il lui faut un poste. PAS DE PROBLÈMES. Les Hautes-Pyrénées sont acquises. ON LE MET ÉLIGIBLE SUR LA LISTE DES PYRÉNÉES ORIENTALES. 

Lors du débat nous avons entendu une fois Tarbes, Lourdes jamais, et Pyrénées ?

PYRÉNÉES ORIENTALES: PARACHUTÉ RÉCUPÉRÉ.

On ne change pas une méthode qui marche.  On prend cinq verts: Agnès LANGEVINE, Judith CARMONA, Francis DASPE, Patrick CASES et Annie PEZIN.

Mais il faut libérer une place pour le candidat des Hautes Pyrénées: Romain PAGNOUX.

Il faut donc en virer 6 au lieu de 5. On élimine Cathy FLOUTTARD, conseillère municipale d'Argelès sur Mer (Mais on la transfère dans le TARN pour pas donner un poste de plus aux verts)  et les cinq derniers de la liste, Jérôme PARILLA, Nelly MORTINIERA, Antoine PONSI, Francisca HURTADO, et Vincent MALHERBE, conseiller financier.

TARN ET LA CROISADE DES ALBIGEOIS.

Sur les 13, on vire les quatre derniers:  Vincent RECOULES, Blandine THUEL, Fabrice CABRAL et Lysiane LOUIS.

On prend les trois premiers verts, Guillaume CROS, Maud FORGEOT et André BOUDES.

On doit reprendre Cathy FLOUTTARD de la liste PRG des Pyrénées Orientales. On ne va pas  laisser sa place à un vert.

TARN ET GARONNE: PIERRE PERRET, NOTRE FIERTÉ

Encenser et censurer c'est pas la même chose.

Là on a pas de marge. On ne peut virer qu' Éric BESSOU, l'agriculteur de la liste.

Luc RONFORT, grossiste en fruits et légumes sera plus "représentatif" de notre programme.  Serge REGOURD a été recasé en haute Garonne. Ça nous fera 10 représentants au lieu des neuf prévus sur notre département. 

DIMANCHE 13 ON RIGOLERA BIEN.

ON POURRA BOIRE UN VERRE À LA SANTÉ DES  CANDIDATS ET DES ÉLECTEURS VERTS.

AU PRIX DES SONDAGES...

C' EST BIEN CE MODE DE SCRUTIN À LA PROPORTIONNELLE EN POUVANT CHANGER DE CHEVAL ET DE TERRAIN PENDANT LA COURSE.

LES BULLETINS SONT DISTRIBUÉS AU DERNIER MOMENT. PERSONNE NE S'ATTARDERA SUR CES PETITS ARRANGEMENTS.