LES LISTES SONT DÉPOSÉES. RESTE À LES VALIDER.

Pour ce qui est de notre Grande Région OCCITANE les dés sont jetés.

REYNIÉ se maintient, non pas pour arbitrer en faveur des sortants dont le bilan ne fait que des mécontents. Pas davantage pour faire barrage aux candidats placés en tête par les électeurs. Il avait contre lui le patron de l'UDI, Lagarde et Sarkozy Nicolas aussi. Difficile pour les électeurs de comprendre pourquoi il acceptait alors d'en porter la bannière puisque à l'en croire LES RÉPUBLICAINS c'est lui (Sarkozy).  Il lui a fallu du temps pour comprendre que Cécilia lui avait dit Adieu et pas Au Revoir. Aujourd'hui changer le nom d'un parti ne change le fond et le transfert des adhérents n'est pas la même chose que les adhésions nouvelles. Nous verrons demain si le maintien de la liste est un OUI au retour de SARKOZY ou un appel sincère à un renouveau. Le NI-NI  est un avis d'un homme qui a comme les autres UN bulletin. Les canetons sont plus clairs: Ils ne veulent plus le voir. Il faut qu'il sorte un peu. Il n'y a pas que NEUILLY qui vote, il y a les travailleurs aussi.  

Le barrage serait pour d'autres une obligation, un gage de démocratie, un signe de distinction entre BONS RÉPUBLICAINS et QUASI FASCHISTES. Si la République se limite aux encartés pour SARKOZY, l'île d'ELBE doit suffire.

Le Caneton vous avait dit qu'en votant DELGA vous auriez PINEL un bouillon de poules au lieu d'un combat coqs.

Le constat est là. Le PRG s'infiltre et reprend à son compte des voix qui n'étaient pas les siennes. Mais peut-on lutter contre le patron du quatrième groupe de Presse qui, bouté hors de son département aurait investi à perte des millions d'euros pour racheter des titres collants à la Région ? Trois cent familles renvoyées au bercail pour aucun bénéfice ?. La bonté à des limites qui fixent celles de la raison. L' aveu est fait qu'il s'agissait avant tout d'obtenir des postes. En 24 heures on se trouve des points communs, des affinités certaines: LE COUP DE FOUDRE après des années de tonnerre. Là encore tout n'est pas mauvais et tout n'est pas bon.

Hollande n'est pas arrivé par adhésion sur son nom, mais par rejet du bilan de ses prédécesseurs. Il a voulu séduire tout le monde quitte à n'avoir aucun fil conducteur. Dans les graves moments que traverse la France, certains ont su se montrer à la hauteur, mais sur le plan de la politique intérieure, le mélange de tous les genres ne peut ni séduire, ni convaincre. La Cour du Monarque est trop grande  et se trouverait bien vide s'il fallait en sortir tous les "opportunistes" pour lesquels le peuple travaille dur et que leur commande est "Un caviar, sinon rien."    

ALIOT est  en tête par le choix volontaire des électeurs. Ne pas le reconnaître et les priver de leur statut légal de démocrates et de républicains est une offense à la France.

Va t'il falloir instaurer le vote à main levée et priver de nationalité ceux qui ne votent pas comme l'on voudrait. Donner et vouloir même imposer le droit de vote mais retirer à d'autres le droit de se présenter.?

La RÉPUBLIQUE est ruinée, mais elle est surtout en ruines. Il faut reconstruire mais reprendre les mêmes entreprises c'est aussi accepter les mêmes malfaçons.

La priorité est de mettre en déchetterie les gravats, faire le tri de ce qui est recyclable et laisser au diable le soin de brûler les déchets ultimes, polluants  et nocifs.

Repartir avec des plans bâtis sur la comète, croire aujourd'hui ceux qui nous mentent depuis trop longtemps, serait donner raison à tous ceux qui nous prennent pour des imbéciles et débiles profonds.

Alors il faudra attendre demain, écouter le débat entre les trois candidats. La gauche désunie aura quand même réussi en 48 heures à prononcer le divorce, mettre sa succession au placard et recomposer une famille ou tout le monde s'entend ?.

On nous dira: nous avons entendu le message. Mais cette chanson nous la connaissons si bien qu'elle devient rengaine.

Entendre est une chose, mais ce qui manque à nos politiciens qui se mélangent si bien quand leur poste est en jeu, est la faculté d'écouter (c'est différent que "entendre") mais surtout la capacité de comprendre et là c'est mal barré avec aux commandes une génération de soixante huitars qui comme Amine Dada répondait "plome" quand on lui demandait: "Diplômes"?.

Tant que ce n'était que le département qui depuis toujours est PRG cela n'était grave qu' à notre petite échelle. La droite au pouvoir ne faisait rien pour un pays perdu dont elle n'avait rien à attendre. "Ils ont toujours voté à gauche, mettons les moyens ailleurs, où il y a des voix à gagner."

La gauche non plus ne faisait rien: "La terre est acquise. Allons chercher ailleurs  les voix à conquérir".

Localement, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il restait à s'entendre pour partager "l'assiette au beure". Et là, l'unité était acquise et l' immunité avec.

Que le département vote ou pas aux grandes élections n'aurait rien changé aux résultats finaux.

Par contre demain avec 13 régions seulement, une seule pourra faire la différence. Jamais le  résultat des  Hautes Pyrénées n'aurait pu faire à lui seul pencher la balance. C'est la même chose pour Midi Pyrénées.

À compter de dimanche 13 décembre 2015, il n'en sera plus de même. L'OCCITANIE comptera enfin assez de canetons pour que ceux qui l'auront "ENTENDUE", mais sans la "COMPRENDRE" y laisseront des plumes. Pour l'instant, avant de voter il va falloir bien "ÉCOUTER".

Chacun votera (ou pas) comme il veut, mais c'est la majorité qui aura raison pour quelques années.

Les trains vont  entrer en gare. On peut prendre le bon ou se tromper, où les regarder passer.

La FONTAINE aurait pu écrire: " Les trains, la vache, le mouton et le caneton". Dans quelques années ont vous demandera peut-être: "VOUS L'AVEZ LU ?" Certains pourront Répondre: "NON, JE L'AI ÉCRIT.


LISTES DU SECOND TOUR POUR L'OCCITANIE

C'est donc une triangulaire que nous aurons au deuxième tous. Ce triangle sera isocèle car deux côté resteront seront égaux (à eux mêmes)  Liste ALIOT et liste REYNIÉ, mais équilatéral car le troisième côté sera plutôt bancal.

C'est le côté DELGA , recomposé à la va vite, la valse des noms ne laissant pas de place dans la discussion à la présentation d'un programme digne de ce nom. Est ce un triangle de détresse obligatoire en cas d'accident. Onesta-ment, le caneton n'en sait rien, mais il y a comme une odeur de décomposition plus que de recomposition. Si les électeurs estiment que notre grande Région  doit être le résultat d'une paire d'heures de distribution des rôles, ils le feront savoir dans les urnes. Ne valent-ils pas plus de considération que le monnayage de leurs voix dont ils restent les seuls titulaires, même si certains veulent en faire du compost ?

Certains, qui espérons le, étaient sur leurs listes par conviction et travail, apprécieront sans doute le sort qui leur a été réservé, coup de gomme pour les uns, avancée des uns en position éligible, recul d'autres. Dimanche prochain ne pensez pas que ce sera du cinéma avec la grande vadrouille, vous êtes attendu comme figurants dans un inédit dont le scénario reste à écrire: LA GRANDE MAGOUILLE.(sous titrage en occitan: "love storia")

Chirurgie canard

delga2-1

delga2-2