QUAND LES GRANDS PATRONS FONT DANS LE PANTALON

Arès avoir "délocalisés" nos emplois et planqué le pognon dans les paradis fiscaux, les grands patrons ont menacé de s'expatrier. La vie est belle chez nous où ils peuvent travailler moins pour gagner plus. Mais peu à peu le temps se gâte pour ces gâtés qui finissent par devenir gâteux.

C'est d'abord l'héritier de Bonduelle qui à peur pour ses pois, mais les canetons lui font comprendre qu'il ne fait plus le poids. Sa grande crainte serait "une victoire du FN dans un pays qui exporte et dont un employé sur quatre  travaille dans une entreprise aux capitaux étrangers" (mensuel Éco121). À 82 ans, il ne craint pas la mise en boîte, mais un "repli sur soi, dans un pays ouvert au quatre vents. Sauf qu'au Pays du cassoulet, on n'a pas toujours besoin de petits pois chez soi.

Tapie aussi connaissait la chanson, mais à son tour il passe du plateau des télévisions à celui de la balance de la Justice. Heureusement qu'il y a celle des pauvres et celle des riches. Quand la première frappe en aveugle, la deuxième demande le conseil du patron de la vidéo et son arbitrage.

Pierre GATTAZ et Laurence PARISOT, chevelure au vent, se sont étripés pour leur lourde mission de patrons des patrons. La deuxième a finalement emporté le GATEAU coiffant l'outsider devant le poteau. Les voici réunis sur le même tandem, serrant les dents devant des canetons sans dents. Il faut dire que la grande patronne a eu une vie dure mais toujours claire, qui a dû conserver le "doudou" de son enfance offert par ses grands parents alors qu'ils n'étaient que la deux centième fortune de France, un petit meublé face à l'univers. Si les canetons ne se comportent pas bien, ils iront chercher du travail dans une autre scierie.

Jamais ! Oh grand jamais, les grands patrons n'ont été si près de quitter la France ... Ils y reviendront peut être mais seulement pour les vacances, onze mois par an, au grand maximum.

Qu'ils n'oublient pas de mettre dans leur bagage ... la dette, puisque c'est eux qui l'ont faite.

Si pour Noël ils voient roder un grand barbu, habillé curieusement et portant sur son dos un paquet suspect, qu'ils ne s'affolent pas de suite: Si c'est un habit rouge, c'est le père NOËL. Le mot de passe (A ne communiquer sous aucun prétexte) est "Santa Flouze". Vous devez répondre: "Nous transpirons pour vous".

Le père Noël précise qu' il ne vous demandera jamais le mot de passe par mail. Ce serait alors une tentative de pishing. Vous pouvez le signaler par un appel simple au n° de votre élu de proximité (Appel surtaxé, car très sécurisé). En cadeau vous recevrez un plat de lentilles et une orange. Seuls les frais de dossier et d'envoi resteront à votre charge pour la modique somme de 158 €.

Ce prix correspond au nombre d'élus qui seront payés pour guider le "rennes" de Père Noël Régional. C'est le prix de l'augmentation de la dette de chaque caneton de Midi-Pyrénées (127 €)majoré des frais d'étude de la révision de la prochaine baisse qui seront provisoires comme le CRDS et ne s'appliqueront que jusqu'en 3015, sauf reconduction, votée à l'unanimité par au moins un membre de l'assemblée).

La délibération sera affichée sur le panneau centralisateur d'information, devant le crématorium de l'endroit le mieux fréquenté de la Région: le crématorium d'AZEREIX, côté "jardin des souvenirs".

C'est le village qui compte chaque année plus d'annonces de décès que de nombre d'habitants...

Pour ce qui est de PARISOT, celle dont on parle plus haut, qu'elle se mêle de "ses" affaires. Elle ne représente pas les canetons électeurs sauf à nous laisser participer aux élections du patron du Medef. Ce sont les candidats et les électeurs que l'on souhaite entendre. Aussi nous retiendrons que les deux "PARISOT" qui intéressent notre Région sont deux communes  rurales, l'une du Tarn (81) et son beau lavoir  et l'autre du TARN et GARONNE (82) et le château de CORNUSSON. Son maire, Frédéric est venu de Paris en qualité de pharmacien. Il a beaucoup fait pour sa Commune de moins de 1000 habitants, attaché à y maintenir une vie locale avec des commerces et une maison médicale. Réélu en 2014 il a, en octobre de cette année là, choisit de quitter la vie à 54 ans, laissant cinq enfants. Vous comprendrez, madame PARISOT que leur avenir à plus d' importance que votre égo, dont il nous est bien égal.